La première intrigue du forum sera mise en place ce soir !!!

Partagez | 
 

 Rencontrer son "double" peut-être éprouvant...ou pas. [PV Camelle]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lexi Stuart

avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 16/06/2011
Age : 22
Disponibilité Topics : Disponible à 95%
Célébrité sur l'avatar : Natalie Portman

MessageSujet: Rencontrer son "double" peut-être éprouvant...ou pas. [PV Camelle]   Mar 19 Juil - 16:33

Aujourd'hui, je cessais d'exister. Je vivais toujours, mais je n'étais plus moi. "Je" avait cessé d'exister. Pour un temps indéfini. J'étais toujours vivante mais je n'étais plus vraiment moi. Si mon corps n'avait pas changé, l'esprit qui l'occupait, lui, n'était plus le même. En d'autres termes, moi, Lexi, j'avais laissé place à Lana. De mon plein gré. Après tout c'était de ma faute si elle ne pouvait plus vivre aussi librement qu'avant, si elle n'avait plus de corps. Si je ne l'avais pas tuée dans un accès de folie, Lana aurait pu vivre sa propre vie, sans contraintes. Donc j'estimais que la laisser sortir de temps en temps n'était que lui rendre justice. Et puis espionner la vie de sa jumelle pouvait être intéressant... Même si malheureusement cela marchait dans les deux sens. Lana s'était préparée pour sortir, elle souhaitait aller au bar des sept péchés capitaux, un lieu de débauche bien connu. Son intention était assez évidente parce qu'elle était habillée comme...eh bien...le mot politiquement correct est « péripatéticienne ». Le mot plus approprié est « pute », mais c'est nettement plus vulgaire. Heureusement qu'elle avait l'habitude des talons, parce que marcher sur des talons aiguilles aussi hauts relevait du miracle. Au moins sa volonté de trouver quelqu’un pour coucher avec elle serait réalisée : elle était tout simplement magnifique. Moi j’y serais allée en voiture, mais Lana elle décida de se rendre au bar à pied, sûrement dans le but de s’exhiber.

*Et comment que je veux « m’exhiber » ! A quoi sa sert d’avoir un corps de rêve si on ne peut pas le montrer ?*

Et aller ! Encore cet incommensurable orgueil! Depuis le temps que je vivais avec ma sœur, j’aurais du m’habituer à son manque flagrant de modestie, mais non, je n’y parvenais pas. On parvint finalement au bar des sept péchés capitaux, un endroit très sombre et très animé : dans les coins les plus sombres des rixes éclataient, des personnes ivres mortes tentaient de gagner les toilettes sans y parvenir, d’autres gens descendaient à la cave –sûrement des démons car les profondeurs du bar leur sont réservées-, la piste de danse était bondée, le bar aussi… Lana se percha sur un tabouret situé autour d’une table vide. Aussitôt quelques hommes et femmes vinrent l’entourer et s’installer près d’elle. Elle discutait et riait avec eux à haute voix tout en me parlant mentalement, ce que je ne parvenais pas à comprendre, ne sachant pas me concentrer sur deux discussions à la fois.

*C’est sympa ici, hein ? Beaucoup de gibier…* *Oui, c’est vrai, c’est plutôt cool.*

Après quelques verres nous étions toutes les deux dans l’ambiance. J’aimais partager des instants de complicité avec Lana, et celui-ci en faisait partie. J'aimais bien faire la fête, t que ce soit en temps que spectatrice ne me dérangeais pas tant que ça puisque je m'amusais quand-même. Elle nous emmena sur la piste de danse où nous défoulions jusqu’à ce qu’elle soit essoufflée. Lana avait dansé avec plein de gens, flirtant au maximum. Puis je « m’absentais » -je me plongeais dans une sorte de veille- un long moment pour lui laisser de l’intimité –chose qu’elle ne faisait jamais à mon égard : elle avait en effet capturé dans ses filets une femme qui lui plaisait. Elle s’était assise près du comptoir, sifflant plusieurs verres de vodka, quand la porte s’ouvrit sur une jeune femme blonde, d’environ dix centimètres de moins que moi, vêtue d’une superbe robe noire et perchée sur des talons tout aussi hauts que ceux que Lana portait. Elle avait des yeux magnifiques, couleur d’ambre. Je ne savais pas pourquoi, mais je ressentis aussitôt un élan d’affection envers elle, donc envers une totale inconnue. Bizarre. Je mes entais étrangement proche d'elle. Elle s’assit sur le seul siège vide, c’est-à-dire juste à coté de moi. Je ne parvenais pas à la quitter des yeux, sans en comprendre la raison. Elle ne m’attirait pas physiquement où quoi que ce soit du même genre, non… C’était autre chose. Et soudain je compris : cette fille c’était moi ! Enfin, elle me rappelait la façon dont je me comportais dès que j’étais moi : attentive au monde qui m’entourait, puis l’instant d’après totalement déconcentrée, ce qui se passait dès que Lana me parlait. Je la vis hocher discrètement la tête, alors que personne ne lui parlait –même si plusieurs hommes louchaient dans sa direction. Lana était d’accord avec moi, il fallait en avoir le cœur net. Le serveur se trompa soudain de personne, donnant ma commande à la jeune femme –qui parlait maintenant à un type qui l’avait abordée-, ce qui créa l’occasion que j’attendais. Lana lui adressa donc la parole, elle était tout aussi curieuse que moi:

« Excusez-moi, le barman s’est trompé, c’est ma boisson qu’il vous a donné là. Je peux ? »

Je tendais la main vers le verre juste au moment où l’inconnue si mystérieuse me l’avançait. Nos mains se rencontrèrent et je sursautait : à l’instant où je l’avais touchée, une sorte de courant électrique m’avait parcourue. J’étais de plus en plus intriguée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camelle Elwhang
Scénariste à l'essai
avatar

Messages : 101
Date d'inscription : 09/04/2011
Disponibilité Topics : Pas de place pour toi :D
Célébrité sur l'avatar : Hilary Duff

MessageSujet: Re: Rencontrer son "double" peut-être éprouvant...ou pas. [PV Camelle]   Mer 20 Juil - 17:15

Il était 19 heures. Le soleil se couchait sur une journée fatigante. Une couleur orangé envahit mon appartement. Chaude. Réconfortante. Une lueur intimidante, pourtant, à l'égal d'une confidente. Je gravais au fond de ma tête ce moment. Magnifique. Je me plaçais près de ma fenêtre, vue plongeante sur mon quartier dépravé. Une petite brise. Si légère et agréable. Le doux vent caressait la peau nue de ma nuque, de mon visage, laissant onduler à son bon plaisir mes cheveux d'or. C'était de loin le moment de la journée que je préférais... Un calme olympien et une originalité démentiel. Deux contraste. Au fond, il me ressemblait. Doux et léger et pourtant si...Imposant? Serais-ce le mot juste ? Je ne pense pas. Julie aussi profitais. Elle se taisait. Ces moments uniques ne présageaient rien de bon. Je me retournais, la douce lumière apaisante dans le dos. Un bordel ambiant. Le canapé était en vrac, une couverture en boule posée ou plus exactement jeté dessus. Au sol, sur la table basse, des journaux de peintures, des pinceaux et des croquis. Un peu partout autour, des châssis, des toiles, ma peinture, des cours, des habits... Même à deux, une journée ne suffirais certainement pas pour ranger tout ça. Je m'approchais de ma chaine hi-fi, ou du moins ce qui y ressemblait. Je n'avais pas d'argent. Pas assez. Je laissais flotter dans l'air un morceau de jazz, avec une chanteuse à la voix envoutante. Mon esprit divaguait au fil des notes, des couplets. Je m'imprégnais de la musique. Il était rare que je le puisse, constamment dérangé. Je sombrais dans un demi sommeil, perturbé par mon double.

Ombre. Soleil. Froid prenant puis chaleur ardente. Je me trouvais dans une pièce, entre quatre murs. Il n'y avait rien. Pas un bruit, pas de vent, pas un mouvement. Pourtant, non loin de moi, dans l'ombre, caché, une silhouette. Svelte, jolie. Je plissais les yeux. La lumière me blessait. Un pas, puis deux.
*Bonjour Camelle.*
Elle ne dormait pas. Julie... Elle était là. Prise de courte, prise par la peur, je me mit à pleurer. Un torrent de larmes se déversa sur mes joues. Pas elle, pas maintenant. Je savais que derrière l'ombre se trouvait mon stricte reflet. Une illusion de l'esprit, un tour de l'âme. Une âme torturée. Instinctivement, je reculais. Peut être était-ce l'instinct. Dans ce jeu sadique, j'étais sans aucun doute la proie. Facile. Sans défense. Faible.
*Alors, c'est comme ça que tu me remercie ? Moi, ta sœur, ta chair et ton sang ? Allons... Je ne suis pas un monstre, je ne vais pas te manger...*
Pas moi, pas maintenant. Quelqu'un serais sa proie. Ma tristesse s'échappait au travers de l'eau qui roulait sur mes joues. Indéfiniment. Lorsqu'Elle aurait mon corps, mon être, je pouvais me battre bien sûr. Mais aucun contrôle. Lorsque je la laissais, c'était le néant. Je n'étais plus qu'une âme, un songe. Une pensée. Si je me laissais faire tout était si agréable. Comme si l'on me droguait.
*As-tu peur ? Peur de moi ? Je suis ta drogue, tu ne peut te passer de moi*
Des pas résonnèrent. Non. Elle s'approchait. Sa voix s'était faite suave, envoutante. Et Elle apparut. Moi. Trait pour trait, c'était bien moi. Alors, elle s'approcha. Se plaça derrière moi, effleurant mon cou de ses doigts fins puis de ses lèvres, de sa langue. De son être. Elle entra en moi.

Je me réveillais haletante. Un morceau de métal passait. J'étais essoufflé. Son contact... Une larme perla ma peau. Ce soir, elle avait gagné. Alors d'une voix forte je l'appelais. Sans réponse. Co...Comment ? M'avait-elle abandonné ? Puis ce fut la chute. Une chute moelleuse, confortable et idyllique. Un déchéance vers mon néant. Je ne voyais plus mon corps. J'étais rien. Un atome. J'étais d'infiniment petit et l'immense à la fois. Pas cette fois. Elle avait mon corps mais m'entendait-elle ? Hé ho! ECHO !

------------------

J'avais gagné. Cette nuit serait la mienne. J'avais envie de m'amuser, de rire. De jouer. Je serais un prédateur de la nuit. Et Camelle qui n'arrêtait pas de gueuler. Un bourdonnement puissant emplissait ma tête. Je pris deux aspirines de quoi calmer tout ça, bien que sa voix ne s'éteignait pas. Un chuchotement se percevait normalement, alors imaginez un cri. Je me préparais. Une robe noire, relativement courte, mes indispensables talons et un peu de maquillage. Je manquais de trébucher sur des vêtements. Ce n'était vraiment pas une pro du nettoyage. Mais au fond je l'aimais bien, ma Camelle. Je l'aimais. Nous étions un couple finalement. Les deux font la paire dit-on en France. Un sentiment indescriptible mêlant euphorie et haine. Un sentiment qui donne la nausée. Il était maintenant 21 heures. Elle n'avait pas mit longtemps à capituler la petite. J'allais aller dans le bar de Mackenzie. La belle que j'avais rencontré dans la rue. C'était de loin le plus en vogue de la ville, bien qu'il en restait tout fait raisonnable. Je fonçais dehors.
*JULIE! TU M'ENTEND ?!*
*Arrête de crier où je coupe tes cordes vocales*
Je faisais en même temps un signe sur mon cou pour illustrer mon propos. Sans attendre, dans la pénombre froide, j'appelais un taxi. Non pas que les rues n'étaient pas sure (quoi que) mais marcher plusieurs kilomètres en talons n'était pas mon fort. Le véhicule jaune s'avança, éclairant ma tenue de soirée de ses phares. Plusieurs personnes s'étaient déjà retournés sur moi. Est-ce que j'aimais ça ? Surement.
*Pas moi*
Donnez une main et on vous prend le bras. Elle me tapais sur le système et j'allais devoir la supporter... Et rien que le fait d'y penser était épuisant. Bref, j'arrivais à destination tant bien que mal. Il y avait du monde et la chaleur des danseurs était déjà palpable. J'ouvris la porte provoquant déjà quelques...émois dans la salle.
*Pffffff*
*Un problème ?*
Pas de réponse. Elle avait peur. Ou peut être avait-elle compris que ce soir j'allais m'amuser et pas elle. A voir. Je m'assis au bar, à côté d'une jeune femme sublime. Un drôle de ressentit m'envahit. De la compassion. Comme si je la voyais comme une égale. J'ai de la compassion pour moi même ?!
*Tu es stupide*
*Ferme-là!*
Un homme m'accosta. Nous échangions de banalité, commandant une boisson. On me l'apporta aussitôt. Pourtant ma voisine m'interpella doucement, me disant que la boisson lui appartenait. Je rougissais un peu, m'excusant platement.
-Pardon je suis désolée, je sourit, reprenant de l'assurance, je m'appelle Camelle... Puis-je savoir ton prénom ?
*Usurpatrice !*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lexi Stuart

avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 16/06/2011
Age : 22
Disponibilité Topics : Disponible à 95%
Célébrité sur l'avatar : Natalie Portman

MessageSujet: Re: Rencontrer son "double" peut-être éprouvant...ou pas. [PV Camelle]   Mer 20 Juil - 21:18

La jeune femme s'excusa, de façon assez timide et en rougissant.

"-Pardon je suis désolée, je sourit, je m'appelle Camelle... Puis-je savoir ton prénom ?"

Elle était vraiment mignonne. Et j'aimais beaucoup son nom, je trouvais que les sonorités qui le composent étaient harmonieuses, plaisantes. Je lui donnais maximum vingt ans. Si au début elle m'avait paru un peu gênée, elle reprenait maintenant de l'assurance. Je savais que ce n'était pas correct, mais tant pis! J'inspectais sa mémoire. Des images d'elle enfant se pressaient dans mon esprit, suivies par tous ses souvenirs d'ado puis de jeune adulte. Je m'immergeais dans le flot de ses souvenirs, m'imprégnant de sa vie, de ses sensations, de ses sentiments. Apparemment Camelle avait été une "enfant éprouvette", née en France. Plus je plongeais au cœur de sa conscience, plus je comprenais à quel point nous étions semblables: sa vie aussi avait été ravagée, chamboulée par l'arrivée intempestive d'une présence dans son esprit. Mais pour elle, Julie, puisque apparemment son double se nommait ainsi, était une invention de son esprit pas une personne réelle. Enfin "pas réelle", tout dépendait du point de vue. D'après ce que je pouvais constater, même si Julie l'avait aidée lorsqu'elle se faisait harceler par les autres gamins de son école, Camelle souffrait de personnalité si différente d'elle.

J'avais l'impression de me retrouver face à un miroir qui me montrait une variante de moi-même. Je me sentais très proche d'elle, je commençais à ressentir le besoin de la protéger. Sa vraie personnalité me paraissait si jeune, si fragile, si démunie... J'avais envie de la serrer dans mes bras et de lui dire qu'elle n'était plus seule, que je la comprenais comme sans doute personne ne l'avait fait auparavant. Je voulais aussi la connaître mieux, de voir des facettes de sa personnalité qu'aucun souvenir ne pouvait me montrer, car rien ne remplace les relations pour mieux comprendre les gens. Je lui fis donc un sourire avant de lui répondre:

"-Je m'appelle Lexi. Lexi Stuart. Et tu vas trouver ça très étrange mais j'ai l'impression de me retrouver en toi. Je mes sens..attirée par toi. Pas d'une manière sexuelle, ne t'en fais pas. Comment pourrais-je expliquer ça...? J'ai une particularité, c'est de pouvoir lire les pensées des gens. J'ai vu tes souvenirs, et je sais ce que tu ressens, j'ai été dans la même situation que toi, enfin presque. Je pense que je vais te montrer, ça sera plus simple ok?"

Elle hésita quelques instants avant d'acquiescer. Je la comprenais, autoriser quelqu'un à pénétrer dans sa conscience n'était pas quelque chose à faire à la légère. Je me projetais dans son esprit, doucement pour ne pas la brusquer. J'avais un peu la sensation d'être un gros chat grattant à une porte pour qu'elle s'ouvre, et rien qu'en y pensant je riais -intérieurement vu que je ne n'avais pas trop envie de passer pour une folle une fois de plus. Une fois qu'elle eu le temps de s'habituer à ma présence, je commençais à lui montrer mes propres souvenirs. Je lui dévoilais tout ce qui concernait Lana: la façon dont je l'avais tuée -ce qui me rongeait et me fera culpabiliser toute ma vie (qui allait être longue)-, sa présence dans mon esprit, ses remarques, son péché, ses apparitions -autorisées ou non.

Je sentais confusément que beaucoup de monde nous regardait, mais pour moi il n'y avait plus que Camelle et moi, le décor et les personnes présentes ne m'importaient pas, je ne les voyais plus, comme si mon champ de vision s'était subitement réduit à la personne assise à coté de moi.

"-Tu comprends maintenant pourquoi je me sens proche de toi?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camelle Elwhang
Scénariste à l'essai
avatar

Messages : 101
Date d'inscription : 09/04/2011
Disponibilité Topics : Pas de place pour toi :D
Célébrité sur l'avatar : Hilary Duff

MessageSujet: Re: Rencontrer son "double" peut-être éprouvant...ou pas. [PV Camelle]   Lun 25 Juil - 15:17

L’animation du bar faisait battre mon cœur au rythme de la musique. La chaleur des danseurs présents emplissait les lieux. Les personnes dansaient, parlaient, buvaient. Heureux. Crédules. Tous autant qu’ils sont. Le monde va mal. Regardez moi ! Regardez nous… Mutant. Dégénéré. Maitriser certains pouvoirs n’engendrerai que la violence. Bientôt, le Monde s’écroulera et moi, Julie, je rirai à gorge déployée. Je me foutrais de votre gueule explosée, face contre terre. Tout nous retombera dessus, forcément. Mais je nous sauverai encore une fois. Camelle est faible. Pourquoi s’entête-t-elle ? Qu’elle me laisse faire. Elle ne voulait pas, je ne sais pas pourquoi…
*Parce que tu es dangereuse*
Dangereuse. La peur. L’angoisse. Etait ce les sentiments qui me collaient au corps ? Peut être que je l’étais vraiment. Personne ne savait ce que j’avais fait et personne ne le saurait jamais. Nous sommes entrée dans un mutisme consentit.
*Un mutisme forcé oui*

La jeune femme assise à mes côtés me regardait, plus exactement me couvait du regard. Au fond de sas yeux se lisait de la pitié. Pathétique. Je ne veux de la pitié de personne. Elle n’avance à rien. Je guettais chacune de ses expressions faciales. Parfois, une absence. Une extinction de l’esprit, de l’âme. Si je pouvais la faire taire moi…
*Tu vois ce que je subit*
Depuis quand avait-elle décidé de ce battre contre moi ? Moi qui l’avais sauvé, qui avais fait de nous ce que nous étions. Après, elle m’appelait en pleurant. Elle, si fragile…

La jeune femme se présenta en faisant quelques éloges sur le prénom de mon double. Et dire qu’il provient d’une ancienne marque de cigarettes, très rependu dans les années 2000. Personnellement, je trouvais ça moche mais cela restait que mon propre avis. Ensuite Lexi –C’est comme cela qu’elle s’était présenté- me prit la main. Je me raidit. Ce n’est pas ça qui me gênait mais une familiarité si rapide…

Nous n’avions jamais eu de vrais amis. Pas de relation. Instable0 Il ne faut faire confiance qu’en soit même. Les gens sont fourbes et déloyaux. Ils n’hésitent pas à vous poignarder. Pourquoi je serais là sinon ? Je suis une protection pour Camelle mais, au fond, je suis bien plus. Je suis sa seule amie. Je ne l’ai jamais quitté. Bien sûr nous avions toutes deux des connaissances, mais rien de bien sérieux. Des histoires d’un soir, des paroles partagés puis plus rien.
*Et Katherine ?*
Katherine. Ma mâchoire se serait. Elle était dangereuse pour nous. Elle voulait nous séparer j’en étais convaincu. Lorsque je la verrais, je l’égorgerais sans remords, sans pitié. Elle n’était que pourriture. Et Camelle si naïve… Elle l’avait endormit avec des belles paroles d’amitié. Mais elle se doutait de quelque chose. Si elle savait ce que nous avions dû faire pour rester ensemble. Destruction. Chaos. Mort. Nous étions encore toutes les deux. Pour toujours.
*Co-comment ?! Kat’ est ma seule amie ! Tu ne peux pas faire ça !*
*Jvais me gêner*

Le contact était le même. Simple. Doux. Presque agréable. J’osais plonger mes prunelles mordorées dans ses yeux. Envoutant. Magnifique. D’un rouge sombre, ils brillaient d’une étrange lueur avec le lumière tamisée de la pièce. Autour de nous, plus rien. Elle avait captivée toute mon attention.

"-Je m'appelle Lexi. Lexi Stuart. Et tu vas trouver ça très étrange mais j'ai l'impression de me retrouver en toi. Je mes sens..attirée par toi. Pas d'une manière sexuelle, ne t'en fais pas. Comment pourrais-je expliquer ça...? J'ai une particularité, c'est de pouvoir lire les pensées des gens. J'ai vu tes souvenirs, et je sais ce que tu ressens, j'ai été dans la même situation que toi, enfin presque. Je pense que je vais te montrer, ça sera plus simple ok?"

Alors, elle pénétra dans mon esprit. Une étrange sensation. Comme si elle s’était emparée de moi. Trois dans un même corps. Une incompréhension m’envahit. Elle me faisait part de son pouvoir sans même me connaitre. Etrange. Lexi m'avait-elle pris en affection. Pourquoi ? Doucement, des images apparurent. Je voyais Lexi et... Lexi? Tout cela dans la même pièce. Je voyais une grande maison, des parents aimants. Puis cette vision de bonheur s'estompa, laissant place à une vision digne des plus grands films d'horreur. Du sang partout. Un jeune garçon inanimé. Un flash... La cuisine de Paris me revint en mémoire. Le couteau plein de sang. Je repris mes esprits, divaguant dans les souvenirs de la jeune femme. A côté de l'homme sur le sol, Lexi. Puis Lexi en vie. Je ne comprenais pas tout mais qu'importe. La scène suivante fut Lexi dans son lit, une voix dans sa tête résonnait. Lexi 2 avait prit possession de son âme.
Revenant à moi, les yeux exorbités, je regardais ma voisine. Une multitude de questions fusaient dans mon esprit. Camelle, mon double, me les criaient du moins. Moi, je restais impassible face à la non-morte. J'avais eu une dernière vision mais je l'avais somptueusement dissimulé à la personne habitant dans mon corps. Sa protection avant tout. D'une voix légère, recouvrant totalement mon calme et mon sérieux après ce moment assez bizarre, je lui posais ne unique question.

'Pourquoi ?'


Simple. Court. Cette question me permettait d'avoir les réponses des autres. Pourquoi tant de familiarité; pourquoi l'avoir tué; pourquoi m'avoir montré ta vie; Pourquoi. J'attendais les réponses, patiente, faisant taire Camelle qui allait surement retourner dans le néant durant un temps, me laissant pleinement son corps et son âme. J'étais plus forte qu'elle, j'y arriverai sans mal. Je devais la protéger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lexi Stuart

avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 16/06/2011
Age : 22
Disponibilité Topics : Disponible à 95%
Célébrité sur l'avatar : Natalie Portman

MessageSujet: Re: Rencontrer son "double" peut-être éprouvant...ou pas. [PV Camelle]   Lun 25 Juil - 19:05

Julie parut un instant abasourdie, et je devinais que Camelle l'était aussi. La jeune femme resta un instant silencieuse, et je pressentais que les deux se parlaient. Je les comprenais car elles me ressemblaient, enfin elles nous ressemblaient, à moi et à Lana. Ce n'était pas de la pitié que je ressentais à l'égard de Camelle, pas vraiment, plutôt de la compassion. Parce que j'étais une des rares personnes au monde capable de la comprendre. Les médecins eux ne pouvaient que la conseiller, sans pleinement saisir ce que sa situation impliquait. Ils ne pouvaient traiter son cas que d'après ce qu'ils savaient de la schizophrénie, selon ce que leurs études leur avait fait apprendre, ils n'avaient jamais étés dans la situation de la jeune femme. Moi je pouvais savoir au détail près comment elle se sentait, vu que j'étais dans une situation similaire.

Lana me laissa la place, je voulais m'expliquer. Si en apparence rien n'avait changé, mentalement je redevenais moi-même. Je devinais que Julie et Camelle n'avaient pas compris tous les souvenirs que j'avais transféré.

*En même temps comment veux-tu qu'elles comprennent deux tarées comme nous?* me demanda Lana. *J'ai envie d'apprendre à les connaître, pas toi?* *Oui, moi aussi, j'aime bien Julie.* *Oui, on se demande bien pourquoi...*

Mais Julie était forte. En cela elle ressemblait beaucoup à Lana. Elle était sûre d'elle, déterminée, elle allait droit au but sans jamais faillir. Camelle, elle, paraissait plus fragile, Julie devait tenter de la préserver, comme parfois ma sœur le faisait pour moi. Elle posa une simple question, d'une voix calme,totalement dépourvue de panique.

"Pourquoi?"

Une question en apparence banale, mais il était pourtant si difficile d'y répondre. Car je compris que de ce que j'allais dire dépendraient beaucoup de choses, et qu'elle était un amalgame d'une multitude de questions: "pourquoi as-tu tué ta sœur?", "pourquoi me confesses-tu tout ça?", "pourquoi nous sommes-nous retrouvées dans le même bar au même instant?", et ainsi de suite. Je tentais d'y répondre:

"-Celle que tu as vue dans mes souvenirs, c'est Lana. C'est, enfin c'était, ma jumelle. D'une certaine façon nous sommes encore plus proches, vu qu'elle "vit" depuis maintenant plus de cinquante ans -oui comme tu as pu le constater je ne suis pas humaine, je suis née en 2012-, en moi. On cohabite. La plupart du temps j'ai le contrôle, mais de temps je la laisse sortir, comme ce soir. C'était elle qui t'as abordée."

Je m'interrompais quelques instants, buvant un peu d'alcool, regardant ce qui se passait autours de nous. Rien ou presque n'avait changé,cinq minutes seulement avaient du passer, pourtant j'avais eu l'impression qu'un laps de temps infiniment plus long s'était écoulé. Je me tournais de nouveau vers Camelle, ou plutôt vers Julie vu que c'était elle qui se tenait devant près de moi.

"-Si je t'ai abordée ce soir, c'est parce que j'ai l'impression d'être devant mon reflet, un reflet quasiment parfait, à quelques détails près. Je suis désolée de t'avoir surprise en te transmettant d'un coup tous mes souvenirs, mais je voulais que tu saches que je te comprends, vu que je suis bien placée pour. Vu que nous vivons dans des conditions assez similaires j'ai l'impression de te connaître, un peu comme si tu étais une petite sœur... J'aimerais te connaître un peu plus si tu le permets."

Je lui tendais la main. Elle pouvait mettre sa main dans la mienne ou alors m'ignorer, se lever et partir. La balle était dans son camp.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camelle Elwhang
Scénariste à l'essai
avatar

Messages : 101
Date d'inscription : 09/04/2011
Disponibilité Topics : Pas de place pour toi :D
Célébrité sur l'avatar : Hilary Duff

MessageSujet: Re: Rencontrer son "double" peut-être éprouvant...ou pas. [PV Camelle]   Dim 31 Juil - 13:50

Les images m'apparaissaient. Douce illusion. Puis elles s'évanouissent. La tristesse laisse place. Pourquoi est-ce finit ? Je me retrouvais là dans un mon néant. Comment. J'étais fébrile. Les jambes cotonneuses ne me permettaient rien. Dans cette univers faux, totalement artificiel, je ne tenais plus debout. Autour de moi c'était si attirant. Des chants, de belles paroles, des promesses qui ne tiendraient jamais. Non. Cette fois, aujourd'hui, je ne me laisserai pas faire. Je me battrai corps et âme, je ne la laisserai pas encore l'emporter. Pas cette fois. Les bras frêle je m'appuyais du vide pour me relever. Ils lâchèrent. Une force supérieure à la mienne m'écrasait littéralement. Je me mettais à genoux. Il ne fallut pas longtemps pour que je rende tout ce que j'avais ingurgité. Finalement, une larme coula sur mes joues. Je ne pouvais la vaincre. Même pas ma seule volonté le pouvait. Une larme rouge, qui vint se déposer sur ma lèvre. Un goût âcre, de rouille. Mon sang. Je pleurais mon liquide vitale. Toujours à quatre pattes, j'étais soumise. Un poids sur ma poitrine m'empêchait de me relever. Elle m'oppressait. Ô Julie, pourquoi me faire subir ça? Pourquoi était bien l'une des seules questions auquel je n'aurais jamais de réponse. Et ce vide si accueillant. Un étau chaud et confortable m'enveloppa. Je divaguais déjà. Non, je ne le pouvais. Pas maintenant, pas après tout ça.

L'inconscience.

Des couleurs se mélangeaient. Le vert et le rouge formaient un tourbillon envoûtant. Le jaune tâché le tout. Toute ces impressions... Passionnant. Puis des cris, des rires, des pleurs. Un mélange suprême de tout cela. Et moi je voguais au gré des sons et des visions. Un sourire béat, niais. Une candeur pure dans les yeux émerveillaient de cette poupée sans pensée. Oui, j'étais bien cela. Une simple marionnette. Faite d'insouciance et de plaisir. Des plaisirs les plus seins s'entend. Puis une brume apparut. Elle s'intensifia à mesure que je m'avançais. Tout devint cri, et le sourire si joyeux s'effaça, laissant place au doute et à l'effroi. Des pas, lents et secs. Non.. Pas encore. Même si mon inconscience me permettait des instants magiques, comme tout bonne drogue, il y avait TOUJOURS un contre coût. Puis les pas qui résonnaient s'intensifièrent. La chose approchait. Une ombre dans le brouillard épais. Pas de bruit, juste la marche cadencée. Puis une silhouette apparut. Mon souffle se coupa. Elle. Encore. TOUJOURS le même contre coût. Pourquoi ? La peur assaillais tout mes membres, m'empêchant un pas de plus. De toute façon, que peut on faire contre une ombre ?

Belle d'un certain sens. Cette apparition fantomatique n'était que mal. Par tout ses pores, on le sentait, c'était palpable. Blafarde, devant moi se dessinait une jeune femme. Une femme. Une chose finalement. Des cheveux courts, brun, revenant en mèches sur son visage de poupée cireuse. Un œil masqué par un bandeau noir, l'autre d'un rouge sanguin, semblable à un rubis. Le corps svelte, enroulé dans un uniforme d'hommes militaires. Plaisante à regarder pourtant, en la voyant la seule chose à laquelle on pensait c'était s'enfuir. Sous ces airs, ce cachait une folie, une fureur de femme vengeresse. Entre l'homme et la femme. Entre l'être et le paraitre, la raison et le désordre. Aussi vite que le vent elle se plaça derrière moi. Non.. Je pleurais de nouveau, des larmes faite d'eau cette fois. Mon souffle court et mes sens en alerte. J'étais son jouet. Je n'étais plus rien. Je lui appartenais.

'Est-ce moi qui te fait frémir comme ça ?', elle repoussa des mèches de mon cou, le laissant nu, la peau de celui-ci à l'air. Je ne répondit pas, l'angoisse suintant de toute part.
'Allons ma belle, tu sais bien que je ne fais jamais de mal...', ma respiration se fit de plus en plus succincte alors qu'elle léchait mes frêles épaules, jusqu'à mon oreille.
'Allez vas-y crie Camelle, c'est le bon moment.' Entre deux sanglots je me m'y a hurler ma peine. Il valait mieux faire ce qu'elle me disait. Puis elle me viola. Elle pervertit mon corps, mon esprit. Encore une fois. Je finissais nue, transit par la peur et la honte, le froid s'attaquant à mon corps comme une hyène à une charogne.

-----------------------

*Camelle ?*
Pas de réponse. L'avais-je vraiment fait taire. Et si elle ne revenait plus ? Et si elle m'avait abandonné ? Avec des si on referait le monde n'est ce pas. Tant pis pour elle. Après tout, ce serait un bien pour toute les deux. Enfin seule. La liberté totale. Je sondais Lexi. Ses yeux étaient vide. Presque dénués de sens, de sentiments. Puis elle revint à elle. Ses prunelles reprirent de leur éclat, beaux, envoutant, attrayant.
Elle commença à tout m'expliquer. De A jusqu'à Z. Tout me paraissait clair à présent. Je comprenais mieux. Elles aussi étaient deux. Au final, c'était normal. Mais ce qui ne me rassurait pas du tout c'était le fait qu'elle soit...vampire. Si l'envie lui prenait de s'attaquer à nous, elle ne serait pas déçut du voyage. Elle me tendit la main. Que faire ?
*Camelle ?*
Toujours rien, j'allais devoir choisir seule. Comme une grande. Dans un geste lent, réfléchit, je posais ma main dans la sienne. Premier contact en temps que connaissance. Qu'allait nous réserver l'avenir ?

-Que veux tu savoir Lexi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lexi Stuart

avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 16/06/2011
Age : 22
Disponibilité Topics : Disponible à 95%
Célébrité sur l'avatar : Natalie Portman

MessageSujet: Re: Rencontrer son "double" peut-être éprouvant...ou pas. [PV Camelle]   Lun 29 Aoû - 11:51

Si physiquement j'étais toujours présente dans le bar, mon esprit lui vagabondait ailleurs. Je sentais le chaos qui envahissait une partie de la jeune femme assise en face de moi, la partie fragile. Camelle.

------------------------------

Tout d'abord des images confuses, imprécises défilèrent devant moi, en un tourbillon de couleurs irréelles qui laissèrent bientôt place à rien, au néant. Camelle était présente, flottant dans le vide, les yeux grands ouverts. Je la percevais difficilement, comme si son corps s'altérait, devenait transparent. Elle tenta de faire quelques pas, s'écroula. Je me précipitais dans sa direction, mais mon essence se délitait, chaque partie de mon corps artificiel se désagrégeait soudain en une fine poussière ambrée, de plus en plus vite au fur et à mesure que je m'approchais de Camelle.

Je tentais quand-même de l'entourer, de former un bouclier, une barrière autour d'elle, un refuge où elle pourrait venir se blottir, se laisser aller. En vain. Je criais, je l'appelais, je lui promettais de la sortir de là, de la sauver, je tendais mes bras de poussière dans sa direction. Je n'avais pas plus de consistance qu'une faible brise. Camelle avait l'air de m'entendre, elle tentait de se relever, essayant de s'appuyer sur le néant. Je sentis soudain une présence, comme si une force incommensurable influençait ce rêve de manière à nous écraser, à effacer toute résistance. Ce n'était pas moi qui était visée par cette puissance, c'était Camelle, qui fut contrainte à se mettre à genoux, écrasée par ce poids soudain. Elle vomit puis pleura des larmes de sang, avant de s'évanouir, m'entraînant avec elle dans l'inconscience.

Une autre partie de moi se réveilla, ce qui me donnait la sensation de rêver à l'intérieur d'un rêve. Mes souvenirs et ceux de Camelle se mélangeaient, donnant naissance à d'autres tornades de couleurs primaires, à des rires, des chants, des images... Une impression de bonheur enfantin se dégageait, ainsi qu'une sensation de paix absolue. J'eus soudain une hallucination étrange: je voyais soudain Camelle comme une sorte de poupée, maintenue en vie par d'étrange fils d'or qui partaient de chacune de ses articulations. J'examinais mon propre corps et constatais que j'avais quasiment forme humaine, à l'exception de mes mains et de mes pieds, qui eux n'étaient pas formés. Étrange.Un bruit détonne: celui de pas, lents et cadencés qui se rapprochent, le genre de bruit assez courant qui pourtant recèle un danger, imminent. Je me focalisais de nouveau mon attention sur l'environnement qui nous entourait car une légère brume venait d'apparaître, brisant la quiétude qui régnait quelques instants auparavant. La brume s'intensifia, se scindant pour former une ombre humanoïde, bien qu'il ne serait venu à personne l'idée que la... la chose qui se formait soit humaine. Je tentais de m'approcher à nouveau de Camelle, mais un grand vent m'emporta au loin, et quatre rubans façonnés dans une sorte de vent consistants m'enserrèrent les bras et les jambes, m'écartelant. La souffrance était intolérable, indescriptible, mais je devinais que pour Camelle elle était bien pire, bien que dans un genre différent. Je ne parvenais plus à la voir, je ne sentais que des émotions. Peur, douleur, angoisse, désir de mourir, envie extrême de s'échapper par tous les moyens possibles et imaginables. Je ne faisais plus la différence entre mes sentiments et ceux de Camelle, de toute façon ils étaient sûrement identiques.

Je ne distinguais plus Camelle à-travers le brouillard rouge que la souffrance faisait miroiter devant mes yeux. Les fils se resserraient de plus en plus autour de mes membres, et, tout d'un coup, je les sentis se déboîter en craquant sèchement, un après l'autre. La souffrance devint intolérable et c'est avec soulagement que je me laissai glisser dans le gouffre sans fond de l'inconscience.

-------------------------------

Je me réveillais dans le bar des sept péchés capitaux, l'endroit qu'en réalité je n'avais jamais vraiment quitté. La scène, qui m'avait paru réelle au point que je ressentais encore la morsure de la douleur, et qui m'avait semblé durer une éternité, n'avais sans doute pas duré plus de deux minutes. Vu de l'extérieur je devais simplement rêver les yeux ouverts, le regard fixé devant moi. Julie me fixait, hésitante. Puis d'un geste lent, elle posa sa main dans la mienne, toujours tendue.

"Que veux-tu savoir ?"

"-Je te poserai des questions, mais d'abord je pense qu'il est préférable d'aller dans un endroit plus discret. Je t'emmène chez moi, d'accord ?"

Julie hésita un bref instant avant d'acquiescer. Nous sortîmes du bar, à pied, puis j'ouvrais la marche en direction de ma maison. Je la fis entrer dans le salon et elle s'assit sur un canapé, non sans avoir observé chaque coin et recoin de la pièce. Elle était aux aguets, et je la comprenais. Je pris un pouf et m'installai près d'elle.

"J'aimerais savoir... Comment est-tu apparue ? Pourquoi ?"

Salem, mon chat, vint renifler les jambes de Julie, et se mit à ronronner, ce qui me rassura. Depuis que je l'avais transformé, Salem avait développé un instinct surnaturel et il grognait dès que quelqu'un avait l'intention de me faire du mal. Il s'installa sur mes genoux et je lui tendis distraitement mon poignet, qu'il mordit pour aspirer le sang. Je me tournais de nouveau vers Julie, concentrée sur ce qu'elle allait dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontrer son "double" peut-être éprouvant...ou pas. [PV Camelle]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rencontrer son "double" peut-être éprouvant...ou pas. [PV Camelle]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Peut on avoir une double nationalité sur la map?(apparaître dans deux villes) [Ajouté]
» Peut-on se passer de la farine de blé ?
» Le ministre Genéus rentre dans le débat sur la double nationalité.
» LA COMMISSION SUR LA DOUBLE NATIONALITE MIEUX EFFECTIVE QUE CELLE DE L'ARMEE !
» Double nationalité: Une promesse dans le vent ?
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
InteRace ! :: San Francisco :: Union Square :: Le Bar des 7 Péchés Capitaux-