La première intrigue du forum sera mise en place ce soir !!!

Partagez | 
 

 De nouvelles vies [Nerine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Connor Frazer

avatar

Messages : 159
Date d'inscription : 26/06/2011

MessageSujet: De nouvelles vies [Nerine]   Sam 2 Juil - 9:16

Le jeune homme s'épousseta les mains, les rares cendres qui restaient s'éparpillant dans le vent. La mission était claire : Entrer, trouver des informations et ressortir. Qu'allait-il trouver, quelles étaient les risques, ça par contre, il n'en savait rien. La seule chose qu'il savait, c'est que s' il voulait savoir pourquoi il était là, pourquoi il avait fait tout ça, il devait y aller.

Le groupe d'intervention entra sans grande difficulté dans le laboratoire La seule difficulté avait été de désactiver le système d'alarme . A première vue, la structure n'avait rien d'étrange. Une salle de préparation, des tables de travail, une zone de stockage. Rien ici n'avait le moindre intérêt.

-" Chef, venez voir"

Ace se dirigea vers son second, inspectant sa découverte. Une rainure, dissimulée derrière une armoire d'équipement laborantin. En la poussant, une porte cachée fit son apparition, protégée par un mécanisme d'ouverture électronique. Après avoir placé des explosifs, le petit groupe se mit à couvert avant de faire exploser les gonds.

Laissant en haut trois de ses hommes, Connor emprunta le passage, avançant à pas de loup. Alors qu'il arpentait les couloirs, il découvrait l'horreur de ce que pouvait camoufler un simple laboratoire. Des cellules, des cadavres qui les occupaient, des salles d'examen... Ou d'autre chose... Plus il avançait plus il sentait un dégout grandissant l'envahir. Un des militaires vint à sa hauteur, parlant à voix basse.

-" C'est quoi cette horreur...
- J'en sais rien... Fouillez tout, récoltez toute les informations et on décolle"

Laissant le groupe se disperser, Ace continua son inspection de son coté, accumulant les visions macabre. C'est au détours d'un couloir qu'il fit sa découverte la plus intéressante. Une jeune femme collé à une paroi vitrée qui semblait lui parler. Le jeune homme se rapprocha. Il ne pouvait entendre la prisonnière, mais il pouvait voir son désespoir et son envie de partir. A travers la vitre, il posa sa main sur celle de la jeune femme avant de lui faire signe de reculer. Il ne pouvait ouvrir la porte rapidement, il devait donc opter pour une autre solution. Plaçant des détonateurs à onde de choc sur la paroi, il vit son reflet dans la vitre. Son allure n'avait rien d'engageante. Mais un homme en treillis noir, encagoulé et armé n'avait jamais rien eu d'engageant.

Dix secondes plus tard, la vitre s'effondrait sur elle même...


Dernière édition par Connor Frazer le Sam 2 Juil - 9:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nerine Adoner

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 30/06/2011

MessageSujet: Re: De nouvelles vies [Nerine]   Sam 2 Juil - 9:43

Quel jour était-on aujourd'hui? Mardi? Vendredi? Rine vivait au jour le jour, ou plutôt d'une expérience à l'autre, dans sa cellule ravagée, elle ne faisait qu'attendre et redouter la prochaine visite qui ne serait pas agréable, c'était certain... Son corbeau avait acquis une sorte de second sens, juste avant que le Doc n'ouvre la porte, elle le savait, mais n'avait nulle part où se cacher.

Ce jour-ci n'avait pas été plus intéressant que les autres, elle avait reçu par une case d'une propreté douteuse sa nourriture du matin, ou peut-être était-ce le midi? Elle l'avait mangé plus par habitude que par envie, puis s'était recroquevillée dans un coin de son lit, le coin le plus surélevé puisque sa « chambre » était légèrement en pente. Puis pour meubler le temps, elle compta ses orteils, compter ses orteils était devenu un rituel, comme pour être certaine qu'elle était toujours un petit peu humaine, 1,2,3,4,5,6,7,8,9 et 10, 10, c'était 10 le bon nombre normalement? Oui, elle en était presque certaine, 10 orteils, et si elle avait mal compté? 1,2,3 …

Rine releva la tête, elle avait entendu un bruit, un bruit pas habituel, des fois elle entendait des hurlements, des cris ou des râles, mais ce bruit là ressemblait plus à ... une explosion, en effet, c'était ça. Sauf que si le Doc essayait des explosifs, il y aurait eu des cris qui s'en serait suivis, or elle l'entendit plus rien d'autre que le silence, un silence opressant. Elle sauta en bas de son lit et rampa sur le sol jusqu'à la vitre, elle ne tenait pas à attirer l'attention des laborantins pour une fois.

Le couloir étant parallèle à son mur de verre, elle ne vit rien du tout et colla bêtement l'oreille sur la paroi, ce bruit aurait pu être des bruits de pas mais tellement étouffé qu'elle en douta. Elle colla donc son visage et ses mains sur la vitre pour mieux voir et... un homme surgit devant elle.

Il était plutôt grand, tout de noir vêtu, comme un militaire et à son flanc pendaient diverses armes plus compliquées les unes que les autres, mais Rine n'y vit rien d'autre qu'une solution à son enfer. Subitement, elle ré-apprit à parler, débitant des paroles à toute vitesse, où il était question de sortir et de s'il te plait (les deux seuls mots qu'elle comprit réellement en fait). L'homme ne semblait pas comprendre et elle s'affaissa légèrement, peine perdu et écrasa son front un peu plus contre la vitre en le regardant, vue d'en bas il paraissait si grand...

Cependant, l'homme s'approcha un peu plus, posa sa main sur celle de Rine et lui fit signe de reculer. Elle regarda sa main, surprise, puis recula, sautant à nouveau sur son lit, elle vit l'homme coller des sortes de ventouses sur la paroi et elle se retourna vers le mur pour se cacher le visage. C'était une bonne idée, très bonne idée puisque des paillettes de verre voletèrent en tout sens, lorsque le nuage se disipa lentement, elle sauta de son lit et secoua ses vêtements, enfin, la chemise à l'origine verte qu'elle portait et qui lui arrivait aux genoux. Finalement, se retrouver toute seule face à cet homme ne lui plaisait soudainement plus vraiment, mais au moins, sa cellule était-elle... Elle regarda autour d'elle... Mmh, disons en sale état...

Et si elle rampait le long de ce mur là, il ne la verrait peut-être pas et elle pourrait se sauver? Hum auvais idée, et s'il voulait la rattraper avec une de ses armes, Brr, mauvaise idée. Elle resta donc ainsi, immobile et totalement idiote au milieu de la pièce à ne pas savoir si elle pouvait le dévisager ou pas... Elle ouvrit la bouche et... la referma, tiens comme ses pieds étaient chouette à regarder, 1,2,3,4,5,6,7,8,9, 10, toujours 10!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Connor Frazer

avatar

Messages : 159
Date d'inscription : 26/06/2011

MessageSujet: Re: De nouvelles vies [Nerine]   Sam 2 Juil - 10:18

Alors que la vitre s'ouvrait, l'odeur prit à la gorge Connor . Il était tombé sur un nouveau Mengele. L'ancienne prisonnière semblait totalement perdue, et n'osait même pas le regarder. Ace s'approcha lentement de la jeune femme qui regardait le sol. Il avait pris soin de ranger son arme, pour ne pas lui faire peur. Il savait les effets que pouvait avoir une longue incarcération sur l'esprit humain. Il ne les avaient jamais connu, mais il en avait vu les ravages. Doucement, il posa ses mains sur les épaules de la captive.

-" C'est fini... Tout est fini. Tu es libre maintenant..."

Il recula d'un pas, la laissant rassembler ses esprits, assimiler cette nouvelle réalité qui s'offrait à elle. Il ne pouvait qu'imaginer ce qu'elle avait vécu. En fait non, , même ça il en doutait. Il porta la main à son micro, ne quittant pas la jeune femme des yeux.

-" Sergent, changement de plan. Personnel civil à évacuer. Recherche d'autres survivants et évacuation avant nettoyage . Je répète. Personnel civil à évacuer. Recherche d'autres survivants et évacuation avant nettoyage . "

D'un geste, il dégrafa son gilet de combat qui tomba lourdement sur le sol dans un bruit métallique. Puis il enleva sa veste et la tendit à la jeune femme.

-"Tiens, met ça... Tu risque d'avoir froid dehors. "

Il aurait aimé pouvoir enlever sa cagoule, afin de la rassurer. Mais il savait qu'il ne devait pas. Si les cameras de surveillance avaient été désactivées, les cameras d'enregistrement , elles, étaient autonomes. Une voix synthétique s'éleva, indiquant qu'aucun autre civil n'avait été vu et que le groupe se repliait.

Devant la cellule saccagée, deux militaires passèrent au pas de course, rejoignant la sortie. Ace se ré-équipa de son gilet et tendit la main à la jeune femme, l'invitant à la prendre.

-" Si tu veux, tu peux venir avec nous. On te protégera, il ne t'arrivera rien. Je ne te forcerai pas, je te laisse le choix... C'est à toi de le faire... "

En haut des escaliers, l'équipe était déjà presque au complète. Seuls manquant Ace et le sergent à qui il restait un dernier détail à régler.

-" Alors... Tu es avec nous? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nerine Adoner

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 30/06/2011

MessageSujet: Re: De nouvelles vies [Nerine]   Sam 2 Juil - 19:49

Alors qu'elle était subitement plongée dans l'observation de ses pieds, deux énormes rangers les avoisinèrent et lorsqu'elle releva la tête, elle se retrouva... devant un torse et sursauta lorsqu'elle sentit deux poids similaires s'abattrent sur ses épaules.

-" C'est fini... Tout est fini. Tu es libre maintenant..."

L'homme recula d'un pas et elle put reporter son regard sur la seule partie visible de son visage: ses yeux, des yeux d'un gris profond qui tranchaient sur le noir de sa cagoule. Sans toutefois la lâcher du regard, il parla dans son micro, elle tiqua sur le mot "nettoyage" mais ne dit rien et resta bêtement planter là, après tout ce temps elle n'avait pas pris racine dans sa cellule alors quelques minutes n'ajouterait rien!

Ca bouge tout le temps un homme, et celui là ne faisait pas exception, il dégrafa son gilet qui tomba lourdement au sol et elle suivit la trajectoire, le regardant s'étaler sur le sol dégoûtant, il devait être diablement lourd, puis tout naturellement, il lui tendit sa veste et elle la prit avec un petit sourire, c'était étrange de sourire finalement, son visage ne s'est pas craquelé pour tomber en miette et elle souria un peu plus avant d'enfiler la veste qui lui tombait sur les bras et enfouissait ses mains dans les longues manches. Elle était encore chaude et elle serra ses bras autour d'elle, ça c'était agréable.

Une voix s'éleva de nulle part pour annoncer qu'elle était la seule civile a avoir été retrouvée, elle se demanda un instant ce qui était advenu des laborantins et des autres de ses "compagnons" mais son sauveur lui tendit la main en l'invitant à venir. En haut des escaliers elle vit de nombreux autres hommes, tous autant noir que l'homme à ses côtés.

-" Alors... Tu es avec nous? "

Finalement, il n'avait pas l'air méchant, évidemment, le Doc aussi n'avait pas eu l'air méchant mais pour le moment, elle n'avait pas envie de rester dans les décombres de cet enfer aussi lui prit-elle la main en lui souriant et en sautillant jusqu'à lui.

"Oui, s'il vous plaît! Et puis je m'appelle Nerine!"

Réplique idiote et dégoulinante de naïveté mais après tout... Elle se serra un p'tit peu plus contre son compagnon lorsqu'ils s'approchèrent des autres, octroyer sa confiance à un homme n'incluait pas forcément les autres, pouvait-elle se cacher derrière lui tout en lui tenant la main? Elle se tortilla pour s'y placer et regarda derrière elle en essayant de ne pas trop penser au "nettoyage".

"Mais je ne risque pas de vous déranger? Et... es-ce qu'on va dehors?"

Elle avait une foule de questions et le corbeau était tout excité de voir enfin le ciel et ça ne facilité pas sa concentration...

"Ah et puis... merci..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Connor Frazer

avatar

Messages : 159
Date d'inscription : 26/06/2011

MessageSujet: Re: De nouvelles vies [Nerine]   Sam 2 Juil - 21:55

La jeune femme glissa sa main dans la sienne. Même à travers le gant il pouvait sentir qu'elle tremblait, mais ses yeux semblait avoir retrouvé l'éclat de la vie.

"Oui, s'il vous plaît! Et puis je m'appelle Nerine!"

Alors qu'ils rejoignaient l'équipe de militaire, il sentit qu'elle se serrait contre lui, se cachant de ses coéquipiers.[i]

"Mais je ne risque pas de vous déranger? Et... es-ce qu'on va dehors? Ah et puis... merci..."

[i]Visiblement, Nerine n'avait pas eu souvent l'occasion de parler librement depuis longtemps, et son empressement à poser des questions fit rire les militaires.

-" Alors... Oui On va dehors, et non tu ne nous dérange pas, au contraire. Je m'appelle Ace, et tu n'as pas à me remercier. Mais on discutera tout à l'heure, on doit se dépêcher la."

L'entrainant à sa suite, Connor se dirigea dehors ou attendait une vieille fourgonnette, datant des années 70. Le groupe monta rapidement à son bord, et elle démarra en trombe, quittant la zone. Ace enleva sa cagoule, dévoila un visage fatigué mais souriant, et regarda son sergent qui faisait de même.

-" Alors Clicks, tu as fait ce qu'il fallait? " - Un grondement sourd se fit entendre, annonçant l'effondrement du laboratoire sur lui même"
- Tu as ta réponse je crois " - répondit l'homme en rigolant.

Tout le groupe était maintenant à visage découvert. En plus d'Ace , il y avait deux femmes et trois hommes, dont le conducteur . Connor posa sa main sur l'épaule de Nerine.

-" Je vous présente Nerine... Nerine, voici mes amis. Tu verras ils sont gentils... Enfin à part l'autre enfoiré qui conduit..."

Un juron jaillit de l'habitable de conduite, déclenchant des rires à l'arrière. Mais Ace retrouva rapidement son sérieux, et regarda la jeune femme à ses cotés.

-" Je crains de connaître la réponse... Mais dis moi c'était quoi cet endroit. Et depuis combien de temps tu étais là. Si tu veux me dire, si tu préfère on en parle plus tard... "

Dans les yeux de l'homme ni défiance, ni mauvaise intention. Juste le besoin de comprendre comment on pouvait faire subir de telle chose à une jeune femme innocente... du moins en apparence.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nerine Adoner

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 30/06/2011

MessageSujet: Re: De nouvelles vies [Nerine]   Sam 2 Juil - 22:34

On doit se dépêcher, ça elle avait retenu, elle tricota rapidement avec ses jambes pour suivre la cadence de celui qui se présentait comme "Ace", elle marmonna que quand même, elle avait le droit de le remercier parce que ce n'était pas rien et qu'elle était heureuse de sortir parce que ça faisait longtemps et que ce n'était pas rien! Non en fait ça elle l'avait déjà marmonné!

Et puis soudain, c'était le dehors, le froid la saisit soudainement mais elle n'en souffrit pas immédiatement, la voûte céleste était sublime, plus encore que dans ses souvenirs. D'un coup elle se demanda si le repas qu'elle avait mangé n'était pas le dîner, elle était complètement déréglé, pourquoi sa cellule n'avait-elle pas de fenêtre?!

Le ciel se déroba à sa vue lorsqu'il fut remplacé par le plafond d'une vieille fourgonnette et elle alla s'asseoir quelque part sur une banquette au fond, les jambes repliées contre elle même après avoir retiré les petits cailloux de sous ses pieds. Elle aimait marcher pieds nus, c'était marrant, et puis le froid du bitume et la petite douleur aigu des cailloux lui rappelaient qu'elle était en vie, et ça c'était chouette!

La camionnette démarra rapidement et Rine se cala un peu plus au fond de son banc alors que ses compagnons enlevaient leur cagoule, elle eut la joie de découvrir le visage de Ace ainsi que celui de 3 des hommes et 2 femmes, tiens, il y avait des femmes? Ça c'était intéressant comme détails... Rine sentit la main à présent familière de Ace se poser sur son épaule et il la présenta aux autres. Elle leur fit un léger signe de la main avec un sourire timide, trop de visages inconnus d'un coup ça flanquait la trouille! Elle ne put cependant pas s'empêcher de sourire à sa dernière remarque, qui ne fut pas tellement au goût de ladite conducteur concerné, malgré leurs aspects... très militaires et très agressifs, ils avaient l'air de joyeux lurons...

Puis son air léger fit place à un masque de sérieux et le sourire de Rine se fondit comme neige au soleil, il lui posa un certain nombre de question qu'elle essaya de mémoriser pour tenter de lui répondre, elle essaya donc de commencer par la première, enfin la dernière qui finalement n'en était pas une...

"Maintenant ou plus tard quelle importance? Au départ je croyais que cet endroit était un cabinet de médecin, j'y suis entré pour... ma maladie, finalement, le Doc se contenter de ramener des "sujets"? Pour en faire des cobayes, et je n'ai pas été la moins bien lotie... Pour le reste, je ne sais pas depuis combien de temps je suis ici, le temps ne s'écoule pas de la même manière quand on ne voit pas la lumière du jour..."

Rine resserra ses jambes contre son torse et reporta son attention sur ses pieds, 1,2,3, mauvaise habitude... Puis elle reprit la parole sans lâcher ses orteils du regard...

"Alors il n'y avait vraiment personne d'autre? Pas le personnel laborantin non plus? Oh et puis j'avais croisé un homme euh, il était jeune et... ils l'ont appelés "vampire", vous ne l'avez pas vu? Il était là, il y a quelques jours encore..."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Connor Frazer

avatar

Messages : 159
Date d'inscription : 26/06/2011

MessageSujet: Re: De nouvelles vies [Nerine]   Dim 3 Juil - 20:25

Ace écoutait en silence, analysant tout ce que ça pouvait impliquer. Il avait du mal à croire que dans le monde pour lequel il avait risqué sa vie pouvait se dérouler de telles atrocités. Mais il n'était qu'un naïf de plus il fallait croire. L'homme appelé Clicks mit un léger coup de rangers dans le genou de son supérieur pour attirer son attention.

-" Ace... Je connais ce regard. Je pose quand même la question, mais on fait quoi. - Il désigna ses compagnons d'un geste de la tête - Je peux parler pour eux aussi, mais quoi que tu décide, on est avec toi. "

Ace les regarda en souriant, mais le visage néanmoins fermé.

-" Et je vous en remercie. On a tous vu ce qu'il y avait la bas. Le colonel nous en avait parlé... On sait tous pourquoi on a fait ça d'ailleurs..."

Pour le coup, Nerine n'était plus du tout le centre d'intérêt. Connor se massait la tempe, les sourcils froncés. Une des jeunes femmes lui posa la main sur le genou.

-" C'est toujours la même chose hein... - Ace acquiesça sans dire un mot - " ¨Prend ton médicament. C'est la seule chose qu'on à trouvé pour te soulager.
- J'en veux pas. C'est une saloperie qui me déglingue le cerveau et tu le sais...-
- Arrête Ace ! Au pire ça te rend un peu plus normal et ça calme ta douleur !
- Neilis... C'est bon stop... Tout à l'heure... Peut être... "

Il se retourna vers Nerine, et la regarda en souriant légèrement.

-" Tu étais la seule la bas. Mais tu moins tu en es sortie. Pour le moment le programme c'est rentrer, te trouver des fringues dignes de ce nom, te faire un bon repas, et dormir. J'imagine que tu en as besoin. "

Il désigna Neilis, prenant un air volontairement dépité.

-" Cette jeune femme qui me harcèle pour que j'avale de petite pilule " - La jeune femme lui envoya un coup de pied , évité de justesse par Connor- "How ! Enfin... Elle est médecin. Elle regardera si tout va bien. Même si elle a un sale caractère, c'est une fille super" - conclut-il dans un clin d'œil.

Ace faisait en sorte de faire bonne impression, mais il avait l'impression que son cerveau allait exploser. Et Neilis le savait, c'était pour ça qu'elle s'inquiétait autant. Mais elle ne savait pas masquer ce sentiment, et le jeune homme avait peur que cela brise la faible sensation de confiance que pouvait ressentir Nerine.

-" Mais j'imagine que tu as plein de question à poser... Et des demandes peut être? Hésite pas surtout . "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nerine Adoner

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 30/06/2011

MessageSujet: Re: De nouvelles vies [Nerine]   Dim 3 Juil - 20:51

Si Rine n'en avait pas l'air, elle ne perdait pas une miette des conversations qui se déroulèrent ensuite comme si elle faisait parti intégrante de la camionnette et malgré tout, cela ne la géna aucunement, moins elle se faisait remarquer et plus ça lui convenait! C'est comme ça qu'elle comprit que celui qui l'avait sorti de sa cellule miteuse, Ace, était plus ou moins la tête pensante du petit groupe qui occupait l'habitacle qui remuait sur l'asphalte au milieu de la nuit. C'est comme ça qu'elle sentit que ses compagnons appréciait Ace en temps que Chef mais également en temps qu'homme à voir la sollicitude dans leur regard et le ton de leur parole en employant communément le tutoiement en s'adressant à lui...

C'est aussi comme ça qu'elle apprit que Ace était un drogué, un drogué de pilule bizarre que cette femme (médecin semblerait-il) lui prescrivait contre un mal dont visiblement, ils ne connaissaient pas réellement les remèdes les plus efficaces... Cela ne la surprit pas lorsque Ace refusa de prendre ce "médicament", les hommes ne veulent jamais au grand jamais montrer leur faiblesse et celle de compter sur une pilule pour garder sa raison paraissait à Rine en être une belle...

Absorber par son travail de décryptage des liens sociaux au sein de ce groupe, la métamorphe fut presque surprise que Ace lui adresse à nouveau la parole si vite... Il répondit sa question, oui, elle était la seule, et malgré l'absence de lien qu'elle avait pu créer avec les autres "détenus", elle eut tout de même un pincement au coeur... Elle grimaça lorsqu'il parla de ses vêtements et resta impassible pour ce qui était du repos... Son corps décider de se mettre au repos de lui même et sans jamais lui demander son avis, elle n'était pas spécialement pressée de s’allonger à nouveau dans un lit, mais un vrai repas ça...

Elle se contenta d'hocher la tête alors qu'il poursuivait, semblant presque s'amuser maintenant. Une fille super, surement, il n'était tout de même pas question qu'un autre médecin ou qui que se soit se présentant comme tel posent encore ses mains sur Rine, cependant, elle se contenta d'un demi sourire crispé en resserant ses bras autour d'elle.

"Neilis donc... Merci aussi, mais ça ira..."

Hum, action subtile de glissage d'informations détournées: pas touche! Ace termina par un clin d'oeil pour appuyer ses dires et Nerine décida qu'elle attendrait de se faire sa propre opinion de la jeune femme avant de la qualifier de "super"...
C'est là que l'homme dit une chose qu'il n'aurait jamais du dire, du moins pas immédiatement, elle avait le droit de lui formuler toutes ses requêtes verbales et finalement... vaille que vaille, elle n'allait pas s'en priver!

"Maintenant que tu en parles..."

Et elle décida que le tutoiement ferait aussi bien l'affaire...

... je n'ai pas tellement envie de me prendre un mauvais coup si j'appelle notre conducteur "enfoiré", et je veux bien vous connaitre sous autre chose que l'homme au fond, la femme à sa droite ou celui qui mâchouille je-sais-pas-quoi... Je veux bien savoir où on va aussi et si j'aurais le droit d'aller un petit peu dehors parce que je ne supporte plus tellement les espaces clos et es-ce qu'il y aura des arbres parce que j'aime bien les arbres et que j'aimerai en montrer un à mon corbeau parce que je pense qu'il va aimer ça. Si dans le programme on pourrait inclure la douche ça ne me dérangerait pas plus que ça non plus parce que je pense que je sens le fennec mort écrabouillé au bord d'une route dans le désert sous le soleil de midi, je veux bien aussi savoir ce que sont ses pilules et si je vais pas être forcé d'avaler un truc d'en le genre non plus. Et puis euh..."

Elle reprit sa respiration et termina finalement par:

"... je veux bien des grandes chaussettes rayées de toutes les couleurs... Si c'est pas trop demander..."

Sa dernière requête lui fit s'empourprer les joues mais après tout, on n'avait rien sans rien, et comme de toute façon, elle n'avait absolument plus rien à perdre, autant négocier quand on le lui proposait encore...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Connor Frazer

avatar

Messages : 159
Date d'inscription : 26/06/2011

MessageSujet: Re: De nouvelles vies [Nerine]   Dim 3 Juil - 21:36

Les yeux d'Ace s'agrandissait alors qu'il écoutait les demandes de la jeune femme. Mais en entendant la dernière, il éclata de rire, de même que le reste de ses compagnons.

-" Pour les chaussettes, on verra ce qu'on peut faire. Pour le médecin, je veux bien te laisser un peu de temps, mais tu devra y passer. Mais je comprend que te méfies. Mais comprend moi. J'embarque quelqu'un que je ne connais pas d'un laboratoire d'un fou furieux. Je dois être sur que tu es en bonne santé et qu'il ne t'as pas inoculé je ne sais quelle saloperie."

Connor s'arrêta un moment et récupéra un paquet de cigarette dans la poche de son gilet, avant de s'en allumer une.

-" Pour ce qui est de ou nous allons, tu ne le saura pas. Cela dit, tu pourra partir quand tu voudra. Tu n'aura qu'a demandé, et nous te déposeront dans le centre ville. Il y aura un jardin avec des arbres, et tu pourra y aller autant que tu voudras. Quand tu te sera remise , Nous partirons. En ce qui te concerne, tu verra ce que tu veux faire sur le moment , on pourra en reparler. "

L'homme cligna des yeux et recommença à se masser la tempe.

-" Mes médicaments, c'est rien. C'est simplement que j'ai... Mal à la tête de temps à autre, et qu'il me faut ce truc. C'est des sortes de migraines si tu veux. Mais rien de grave en soit..."

Neilis marmonna un vague "Rien de grave, t'en as d'autres des bêtises comme ça", mais Ace n'y prêta pas garde.

-" La douche, et tout ce qui touche au confort que j'estime minimum, tu n'as pas à te poser la question. Tu auras accès à tout. Pour les autres... Tu fera leur connaissance au fur et à mesure. Juste, évite d'appeler Torn enfoiré. Il n'y a que moi qui puisse le faire... Ou le traiter de chèvre inculte aussi...
-
Va te faire voir Ace!!! Attend qu'on descende !! -rugit celui qui conduisait. Cependant, malgré ses effort pour paraitre méchant, il ne put réprimer un léger rire -
-Mais oui, moi aussi je t'aime.

Ace écrasa sa cigarette, et se cala dans le coin contre la vitre.

-" Mais promis, je ferai quand même en sorte de te procurer le plus important... Les chaussettes..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nerine Adoner

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 30/06/2011

MessageSujet: Re: De nouvelles vies [Nerine]   Dim 3 Juil - 22:12

Nerine sursauta lorsque la troupe éclata de rire, ça n'était pas vraiment la réaction attendue, en fait, elle n'en attendait pas en particulier mais celle ci... là détendit. Ils n'avaient pas encore essayé de la ligoter, de l’assommer, de la brutaliser ou encore de la boulotter, c'était un progrès visible dans les derniers liens qu'elle avait pu se créer, si on pouvait appeler ça comme ça... A vrai dire, Ace n'avait retenu que sa dernière requête: ses chaussettes, elle parut légèrement déçue mais se reprit bientôt pour avoir un air renfrogner, même gentille comme elle semblait l'être, elle n'avait pas envie de passer par la case médecin et elle n'en démordrait pas.

Lorsqu'il lui parla de saloperie qu'on lui aurait inculqué, elle pâlit, c'était donc ça, il se méfiait d'elle et quelque part, il avait raison puisqu'on lui avait bien greffé quelque chose et sa main gauche se porta automatiquement sous son oreille gauche, là où elle sentait une infime bosse qui n'était pas là auparavant. Elle était deux dans sa tête à présent, non qu'elle se sente un danger pour quiconque. Mais le fait même que ses paroles sous entendent une méfiance quelconque la rendit muette, c'était normal évidemment mais... sacrément blessant...

Elle ravala une remarque sur la cigarette et son regard retomba sur ses pieds, 2,3,4 ... Elle l'entendit dire qu'elle ne saurait pas où elle allait, en fait, elle s'en fichait, du moment qu'elle s'éloignait du laboratoire, c'était tout ce qui lui importait. Il lui signifia qu'elle pouvait partir quant elle le voulait ce qui la fit sourire intérieurement, pour aller où? Ses affaires avaient du depuis un moment être dégagées par le propriétaire de son minuscule appartement et elle ne savait même pas quel date on était. Il ajouta cependant la présence des arbres, elle pourrait toujours essayer de s'habituer à vivre corbeau après tout... "Quand elle se serait remise", avait-elle l'air si épouvantable que ça? Bon évidement, elle aurait surement besoin d'un bon coup de brosse en plus de la douche mais quand même...

Elle mourrait d'envie de leur demande qui ils étaient et pourquoi ils faisaient ça mais elle risquait un nouveau "tu ne sauras pas" et n'avait pas envie de s'essuyer un autre refus et garda donc cette question pour plus tard peut-être... Il engagea sur ses médicaments et Rine malgré le fait qu'elle ne connaisse rien de lui su qu'il mentait, des sortes de migraines, y avait pas écrit pigeon sur son front, corbeau à la limite... Les marmonnements de Neilis approuvèrent l'avis de Rine dont les lèvres frémirent malgré elle...

Ca aurait été facile de lui dire les prénoms de ses hommes mais il préféra s'en abstenir, de toute façon, elle irait le leur demander, alors maintenant ou plus tard qu'es-ce que ça changeait? Elle enregistra simplement le "Torn" et décida de retenir tous les autres visages pour quand elle se tiendra devant un qui ne lui était pas familier, pourrait lui coller l'étiquette de Torn! L'intéressé s'il avait pu, aurait surgit de la cabine de conducteur comme une beau diable mais le rire derrière sa voix se devinait trop aisément pour qu'il paraisse réellement fâché...

Tout en écrasant sa cigarette, le jeune homme ajouta qu'il lui procurerait l'essentiel: les chaussettes! Elle remua les orteils de contentement, les chaussettes rayées était à peu près le seul truc qu'elle supportait de mettre à ses pieds, en chaussettes ou pieds nus, quelle invention débile que les chaussures...

"Je n'oublierais pas ta promesse."

Fut tout ce qu'elle décida de dire, de toute façon, elle n'avait pas grand chose à ajouter, et elle n'oubliait jamais rien, soudainement, elle se sentait las et malgré les chaos de la camionnette, sentait que les bras de morphée devenuent à présent trop familier à son goût l'attirer à eux dans un mouvement irrépressible dont elle ne parvenait pas à s'extirper... Ses dernières pensées furent pour une phrase qu'il avait dite plus tôt, sur ce qu'elle pourrait choisir...

"Je n'ai plus l'habitude de choisir ce que je veux faire mais il y a une chose dont je suis sûr, c'est que je vous dois quelque chose et que je ne partirais pas avant de vous l'avoir rendu... Et fumer est mauvais pour la santé..."

Le sommeil rendait sa voix à peine audible et elle se moqua qu'ils l'ai entendit, à peine consciente qu'elle avait parlé, faire la tête ne rimerait à rien de toute manière mais quand même d'abord!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Connor Frazer

avatar

Messages : 159
Date d'inscription : 26/06/2011

MessageSujet: Re: De nouvelles vies [Nerine]   Lun 4 Juil - 20:05

A peine, sa phrase terminée, la jeune femme s'endormit. Ace la regardant un demi-sourire au lèvres. Elle était visiblement têtue et avait un caractère bien trempée. Mais malgré ce qu'elle semblait penser, elle avait besoin de temps pour se remettre. Ce n'était même pas cette soudaine fatigue qui le faisait parler, mais une simple analyse psychologique. Cette fille allait poser des problèmes, il le savait. Mais il avait fait son choix.

-" Elle te plait bien cette gamine Ace... On est pas là pour jouer aux chevaliers tu le sais. Je te connais trop bien pour savoir ce que tu as en tête...Et c'est une mauvaise idée.

Connor leva un sourcil , cherchant une boite de pilule dans une de ses poches. Il en avala deux et regarda son sergent.

-" Je ne l'aime pas plus qu'une autre. Je fais ce qui doit être fait c'est tout. Tu propose quoi hein? Tu as oublié pourquoi on est la?

-Justement non. Je sais très bien pourquoi je suis là, pourquoi on est tous là. Et je sais aussi que si on veut bien faire, on ne peut prendre en charge personnes. Mais je t'apprend rien.
-Non, tu m'apprend rien non" - répondit Ace les yeux mi-clos.

Clicks avait raison en soit. Il voulait aider, mais il ne pouvait pas avoir une "gamine" derrière lui. Il ne devait pas.

-" T'inquiète pas. Tu me connais assez pour savoir que je ne ferai rien pouvant compromettre la mission. De toute manière j'avais prévu qu'on dégage de là avant la fin de la semaine. Avec ce qu'il s'est passé, on ne peut pas rester.

- Ace a raison. Et il a raison de ne pas la laisser seule. Et arrête de nous faire croire que tu es différent. Tu te la joue avocat du diable c'est tout. Et on sait tous à quoi s'en tenir.

La discussion continua, mais Connor ne s'y intéressa plus. Son médicament commençait à faire effet. Et même si il n'appréciait pas cette sensation, il savourait ce moment de répit.
Moins de vingt minutes après, la camionnette arriva à destination. Le groupe en sortie, Nerine finissant dans les bras d'Ace qui la mena dans une chambre afin de l'allonger. Il resta un court instant à la regarder puis il quitta la pièce.

Quand la jeune femme se réveilla, une paire de chaussette se trouvait au pied de son lit.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nerine Adoner

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 30/06/2011

MessageSujet: Re: De nouvelles vies [Nerine]   Lun 4 Juil - 21:31

Rine ne dormit pas du sommeil du juste, comme c'était le cas à chacune de ses "crises" passagères plus ou moins longues selon les intensités, pourtant, elle oublia totalement les chaos de la camionnette et les voix qui ne devinrent plus qu'une brume de murmure plus ou moins grave. Elle rêva de choses et d'autres mais jamais de très agréables, tantôt d'un ballet de seringue qui se changèrent en pièces d'échec pour la pourchasser, tantôt d'une échappée belle alors qu'elle était monté sur un cavalier noir en bois pour fuir une gigantesque explosion qui les projetèrent sur le sol.

Lorsqu'elle s'éveilla, elle s'était emmêlée dans ses draps, les fesses par terre, une jambe encore sur le lit et... et bah c'était tout en fait. Rapidement elle fit le tour du propriétaire: 10 orteils et son affreuse chemise de nuit, le compte est bon! Es-ce que tous les gens normaux comptaient aussi leurs doigts de pied? Bon le meilleur point est qu'elle n'était pas attaché, n'avait pas de trace de piqûres supplémentaires et... sur le dossier d'une chaise, trônait d'une longue paire de chaussettes rayées, des chaussettes simples, blanche rayées noire ou noire rayée blanche selon les humeurs en plus, elles semblaient à sa taille!

Après avoir tourner l'objet plusieurs fois entre ses mains, rien que pour le plaisir, elle décida de refaire (plus ou moins) son lit de fortune et alla ouvrir le rideau. Sa fenêtre donnait sur un petit jardin avec des arbres, comme le lui avait promis Ace et elle sentit le corbeau au fond d'elle s'ébrouer, au loin, le jour allait se lever, elle voyait déjà la nuit rougeoyer mais son compagnon ne voulait pas attendre, maintenant, maintenant!!

Avec un léger sourire au coin des lèvres, elle dénoua sa chemise qu'elle laissa retomber sur le sol, un peu en vrac, il est vrai et cacha l'unique sous-vêtement qu'elle avait en sa possession dessous. Puis, après avoir ouvert la fenêtre, elle sauta d'un bond sur le rebord et s'accroupit pour mieux humer l'air, ça sentait la terre, l'humidité de la nuit et... les pancakes! Ça faisait bien une éternité que son palais n'avait plus goûté à des pancakes!

Après une dernière inspiration, elle se laissa tout bonnement glisser or de son perchoir dans le vide et savoura une fraction de seconde la chute libre avant de se métamorphoser. Ca lui faisait moins mal quand elle le faisait seul que quand le Doc le lui ordonnait, d'ailleurs, elle n'aimait pas vraiment qu'on la regarde, le changement n'était pas très gracieux: ses bras se rapprochaient vers ses omoplates, ses jambes se raccourcissaient, son nez s'allongeait et une myriade de petites plumes lui sortaient de la peau en la picotant. Elle n'aimait pas qu'on la touche après un changement, c'était désagréable mais l'ivresse du vol en liberté l'emporta sur tous les autres sentiments, accompagné de la douce musique de son grelot doré, le seul vestige de l'ancienne Rine qu'elle avait été autorisé à garder...

Elle tournoya autour d'un arbre deux fois, trois fois, quatre fois, se percha, descendit, sautilla, croassa, son corbeau était plus que ravi, lui qui n'avait jamais connu que la captivité, et il laissa Rine commander entièrement, pour qu'elle lui montre tout ce qu'il pouvait apprendre... Leur jeu ne dura pas très longtemps, une quinzaine de minutes tout au plus lorsqu'elle décida que cette odeur enivrante se devait d'être honoré et... trouva une fenêtre ouverte. La chance lui souria lorsqu'elle vit le plat fumant sans personne autour et qu'elle alla se poser sur la table, évidemment, la nappe plastifiée lui donna quelques difficultés mais l'appât du la nourriture vaincu tous les obstacles.

L'oiseau picora le pancake du dessus et en attrapa un nouveau sans finir le premier lorsqu'il entendit des voix. Il sautilla au sol en traînant son butant jusqu'à la porte opposé de là d'où les voix provenaient, un esprit humain dans un corps d'animal a parfois du bon... Sautant sur la poignet, elle réussit à l'ouvrir à la seconde tentative, reprit son trésor et s'enfonça dans les profondeurs d'un escalier. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, les corbeaux ne sont pas des oiseaux nocturnes, cela n'empêche pas qu'ils puissent très bien y voir dans le noir (ou presque...). Elle descendit donc les quelques marches en suivant une odeur piquante et salé, sans pour autant être réellement désagréable pour déboucher dans une salle plus faiblement éclairé mais d'où s'échappaient de longues respirations.

Rine trouva une armoire non loin de l'entrée et s'y percha sans bruit pour déguster son deuxième met, les bacs ça n'est pas tellement pratique si on veut faire autre chose que de les fourrer dans une plaie pour manger les restes, pas terrible pour un pancake par exemple mais en en arrachant des lamelles, elle parvint à le manger joyeusement tout en regardant Ace s'entretenir au culturisme. Y avait pas à dire, ça en jetait, c'était même plutôt chouette à voir, impressionnant peut-être un peu aussi, d'ailleurs, elle ne parvint pas à retenir son corbeau lorsque celui ci lança un croassement moqueur au militaire et fit mine de se nettoyer une patte comme si de rien n'était...

Comme si de rien n'était jusqu'à ce qu'un second tas de muscle fasse irruption dans la salle, certainement avec l'intention de s’entraîner également, et qu'il ne lève un peu trop les yeux pour la voir, sa réaction se fit... imminente:

"Eh mais qu'es ce que..."

Il s'approcha en trombe du perchoir de Rine, si vite qu'elle en fit surprise, s'ébroua de surprise et... s'envola, le problème de s'envoler dans une pièce c'est que... il y a des murs un peu partout... Elle se mangea d'abord le plafond avant de s'en rappelé et tenta une fuite désespérée dans le sens inverse de la sortie: soit vers un autre mur...

"Chopez cette bestiole, et comment elle a pu rentrer d'abord!!"

Paniquée par les cris et l'énergie que le soldat déployait à tenter de la rattraper (en vain parce que choper un oiseau c'est pas si facile quand même...), Rine poursuivit sa course dans un mur, puis un angle, ça rebondit bien un corbeau, et quand c'est paniqué bah... ça fait caca... Evidemment, y a pas que les canards qui ont des boyaux droits, et puis, oh, aller, ça se sent à peine, et puis des militaires, ça à l'habitude des champs de mine non?

Sur le coup, elle l'aurait bien avoué, elle se serait retenu, mais lorsqu'elle avait peur, c'était le corbeau qui reprenait les rênes, et ses instincts lui disaient tout sauf d'aller en direction de celui qui brailler par là bas, derrière, en bas peut-être, fuir, n'importe où mais fuir!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Connor Frazer

avatar

Messages : 159
Date d'inscription : 26/06/2011

MessageSujet: Re: De nouvelles vies [Nerine]   Ven 8 Juil - 21:46

6 Juliette

----------

Les craintes de Spyke se justifient. On s'attendait à rien trouver, et on avait l'impression que tout ça ne servait à rien. Il nous avait dit qu'agir en ombre laissait une plus grande marge de manœuvre, ce qui en soit est vrai. La question que je me posait était : était ce le meilleur choix pour servir ce que MOI je crois juste. D'après Clicks, si on suit la même ligne de conduite, on a rien à craindre. Neilis me dit que je n'ai qu'a respecter mes principes. Torn lui dit rien. Il suit. C'est un bon soldat, et un homme bien. Mais j'ai peur que son manque de prise d'initiative ne soit une gêne. Il faudra peut être que je revois son rôle dans cette histoire.

Une chose est sure, c'est que choisir de "quitter" l'armée était décision sans retour. Plus d'existence, plus de chaines, plus de limite. Juste notre mission. Enfin pour nous. Pour moi, les problèmes de logistiques, de ravitaillement...Enfin tout. Merci Spyke.

Comme dit plus haut, la dernière mission a été plus fructueuse que nous ne le pensions. On a récolté une jeune femme qui est resté enfermé dans ce laboratoire pendant une durée indéterminée. Elle semble totalement perdue ce que je peux comprendre. Je sens bien que les hommes ne sont pas au mieux avec l'idée de la garder. Mais je pense qu'il est de notre devoir de veiller sur elle. Malgré notre statut actuellement, nous sommes toujours militaires. Et nous nous devons toujours de respecter notre code. De toute manière, le transfert commence déjà à s'organiser... la seule chose...


Ace releva la tête, des cries et des bruits suspects attirant son attention. Il se releva et se dirigea au pas de course vers la source de ce vacarme : La cuisine. Il retrouva un de ses hommes en plein conflit avec...un oiseau? L'idiot lui courrait après, causant plus de dommage que son adversaire.

-" Bordel, c'est quoi ce bronx !! Tu vois pas que tu fais rien d'autre que plus l'énerver et que mettre d'avantage de bordel? ! Va me chercher une couverture ! "

Penaud, le militaire quitta la salle sans rien dire alors que Connor allait fermer la fenêtre, s'appuyant contre le mur, le regard fixé sur le corbeau.

-" Toi, t'as mit une sacrée pagaille... Et t'as rien à faire là..."

Le jeune homme avait une idée derrière la tête, mais rien d'affirmable. Mais il était prêt à parier que l'animal n'en était pas vraiment hein. Une fois le soldat revenu, Ace prit la couverture et s'avança tout doucement vers le corbeau avant de la lui envoyer dessus. Sous le poids du tissu, le corbeau s'effondra au sol. Il alla récupérer délicatement le "paquet" prenant grand soin à ne pas lui faire le moindre mal.

-" Nettoyez moi ce foutoir. Et envoyez moi un garde . Je serai dans le sellier. "

Une fois qu'il y fut arrivé, il y lâcha l'animal. La pièce était vide et ils ne l'utilisaient pas. Et si il avait raison, l'oiseau n'y resterait qu'un court temps. En remontant, il croisa le militaire qui venait à sa rencontre.

-" Si jamais j'ai raison, c'est un térianthrope. Et si c'est la gamine, amenez la me voir. Je serai dans la salle d'entrainement. "

Ace s'attendait à ce que la jeune femme bouleverse leur petit train de vie. Mais si il s'avérait que c'était vraiment elle, elle aurait fait preuve d'une rapidité à toute épreuve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nerine Adoner

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 30/06/2011

MessageSujet: Re: De nouvelles vies [Nerine]   Dim 10 Juil - 20:11

C'était comme un écran noir avec le mot lumineux "Fuir" en lettres pleines, grosses, lourdes et larges, clignotant en travers de sa vision et elle ne voyait plus rien d'autre. Rine évitait les mains énormes qui se tendaient vers elle et rien n'avait plus d'importance que de les éviter jusqu'à ce que... et bien jusqu'à ce qu'il fasse tout noir. Pour faire noir il faisait noir, et un poids lui tomba dessus, suffisamment pour la faire chuter de surprise puis le monde s'est mis à tanguer sans qu'elle le décide réellement, et puis un bruit de porte et plus rien. Le fait est que la couverture, puisque s'en était une, était toujours en place, l'oiseau qui ne supportait plus la captivité s'en dépêtra rapidement et claqua du bec. Rine regarda le débarras dans lequel elle était, réfléchis aux tracas qu'elle avait déjà causé et décida de muter.

La transformation inverse était amusante, comme un chatouillement lorsque les plumes tombaient, presque un soulagement, le corbeau décida qu'il pouvait la laisser tranquille et se tint sagement endormi. Rine secoua une dernière fois la tête et s'épousseta les bras, faisant tomber les quelques plumes encore accrochés avec légèreté, elle attrapa la couverture, enveloppa sa nudité dedans et fit des plumes un petit tas noir qu'elle laissa sur le sol, se promettant de revenir les nettoyer plus tard et ouvrit la porte comme une espionne. Personne derrière, personne devant, elle sortit donc sur la pointe des pieds pour se diriger vers l'escalier puisqu'elle supposait que sa chambre se trouvait en haut. Elle la retrouva rapidement et ne croisa personne, pile ce qui lui fallait. Elle se débarrassa rapidement de la couverture et resta ainsi, debout au milieu de la chambre pendant quelques minutes, la transformation rendait sa peau si fragile. Lorsqu'elle décida qu'il était temps de s'habiller, elle renfila les seuls vêtements qu'elle avait en sa possession... hum, elle aurait du préciser qu'avec les chaussettes, elle voulait un pantalon et un tee-shirt en fait, elle songera à être plus précise dans ses demandes à l'avenir...

Elle enfila cependant avec délectation les chaussettes rayées toutes neuves et qui sentaient le magasin avant de plier la couverture en quatre et de retourner dans le couloir. Ses chaussettes étaient piles à la bonne taille, elles lui montaient à mi-cuisse et l'élastique était assez ajusté pour bien maintenir le tout sans pour autant lui couper la circulation, c'est parfait!

La métamorphe arriva devant la porte de la cuisine, elle inspira une grande bouffée et entra, elle y trouva deux militaires en train de bavarder qui s’arrêtèrent lorsqu'elle entra, raté pour la discrétion! Rine essaya de s'excuser et ne sut que bafouiller, elle rougit brusquement et décida que finalement, les aider à débarrasser sans rien dire était la meilleure solution! Lorsqu'elle eut finit, l'un d'eux lui désigna la porte de ce qu'elle savait à présent être la salle d'entraînement en lui disant que Ace l'y attendait et elle s'y dirigea, elle avait fais des bêtises, c'était vrai, mais c'était pas que sa faute, c'est pas comme si elle avait une bestiole dans la tête non plus...

Elle retraversa le couloir sur ses deux jambes cette fois-ci et essaya de ne pas penser à la colère qu'elle allait essuyer, puisqu'elle en était persuadé, elle allait être savonner, et par un savon de première qualité. Aussi décida-t-elle d'entrer directement et de se lancer dans les explications, des explications brèves, concises, et des plus gentilles, enfin c'est ce qu'elle avait prévu... D'un bond, elle sauta dans la salle d'entraînement et lâcha tout avec le plus grand débit qu'elle avait, histoire d'échapper, peut-être... à la tempête...

"D'accord d'accooord, je l'avoue, j'ai fais une bêtise, mais j'ai pas fait exprès, enfin c'était pas ma faute, enfin pas complètement, et puis il fallait que je fasse découvrir à mon corbeau le ciel, il n'avait jamais vu le ciel, et c'est vraiment bête pour un oiseau alors je me suis déshabillée, et puis j'ai sauté, je l'ai baladé, je lui ai montré et puis il y a eu cette odeur, cette odeur de pancakes, et il n'avait jamais goûté, et puis on avait un peu faim alors on en a piqué un, bon deux en fait, mais j'ai pas fait des miettes promis, seulement après l'autre là, euh, un grand, il est venu et il a fait peur au corbeau et quand j'ai peur, c'est comme un pilote automatique qui se bloque sur les instincts du corbeau et je ne contrôle plus rien jusqu'à ce qu'il se calme, bref je suis vraiment désolé pour euh... tout ça ah et puis j'adore les chaussettes, elles me vont très bien! Je sais que je pose un peu de soucis mais je ne me contrôle pas totalement mais je vais apprendre, je saurais utiliser le corbeau pour quelque chose d'utile, et je ne veux pas partir, j'ai une dette envers vous et je me dois de vous aider jusqu'à ce qu'elle vous soit entièrement dût, alors si vous avez des petits choses à me faire faire, je sais pas trop moi, du nettoyage, de la lessive, j'en sais rien, je cuisine très mal mais je peux apprendre, je ne mange pas beaucoup, je ne prend pas trop de place, enfin en général et je suis presque pas chiante! Et puis surtout, plus personne ne m'attend dehors alors que vous, je saurais me rendre utile pour vous au moins... Et merci pour les chaussettes au fait!"

En parlant, elle faisait des grands gestes des mains tout en regardant ses pieds, es-ce-qu'elle avait déjà dis qu'elle était désolé? Et si elle avait oublié le plus important, qu'elle était désolé? Mince, c'était trop tard peut-être...

"Je... suis désolée?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Connor Frazer

avatar

Messages : 159
Date d'inscription : 26/06/2011

MessageSujet: Re: De nouvelles vies [Nerine]   Mar 12 Juil - 8:45

Une fois remonté dans la salle d'entrainement, Ace prit quelques minutes pour lui avant de s'y mettre. Il songeait à tout ce qu'il avait fait, tout ce qu'il aurait du faire, tout ce qu'il avait encore à faire, et tout ce qu'il devrait faire. Déjà, il devait trouver une zone plus sécurisé qu'une maison, et où il pouvait rester. La demeure avait été trouvé par le colonel, mais Ace était convaincu que l'endroit était compromis. Il lui fallait quelque chose de tranquille et de caché. Un entrepôt abandonné... Une zone souterraine... Des catacombes, ou une portion de métro qui n'était plus accessible. Il devait aussi prendre en compte les possibilités de couverture, celle de replie. Prévoir aussi des caches secondaires, et ne pas oublier le matériel nécessaire, et tant d'autres choses. Il allait s'amuser

Connor retira son T-shirt et le posa sur une chaise avant de s'installer sur une table de musculation. Durant un peu moins d'une heure, il s'entraina, alternant les exercices. Il apprenait cette sensation de brulure qui accompagnait. D'aucun dirait que c'était du masochisme. Le gens de personnes sont la plus grande activité physique était le levé de coude ou le zappé de chaine.

Perdu dans ses pensées, il en fut tiré par l'arrivé fracassante de son invité. Ace se redressa pour la regarder, mais il n'eut pas le temps de parler qu'une avalanche de mot le prit de court.


"D'accord d'accooord, je l'avoue, j'ai fais une bêtise, mais j'ai pas fait exprès, enfin c'était pas ma faute, enfin pas complètement, et puis il fallait que je fasse découvrir à mon corbeau le ciel, il n'avait jamais vu le ciel, et c'est vraiment bête pour un oiseau alors je me suis déshabillée, et puis j'ai sauté, je l'ai baladé, je lui ai montré et puis il y a eu cette odeur, cette odeur de pancakes, et il n'avait jamais goûté, et puis on avait un peu faim alors on en a piqué un, bon deux en fait, mais j'ai pas fait des miettes promis, seulement après l'autre là, euh, un grand, il est venu et il a fait peur au corbeau et quand j'ai peur, c'est comme un pilote automatique qui se bloque sur les instincts du corbeau et je ne contrôle plus rien jusqu'à ce qu'il se calme, bref je suis vraiment désolé pour euh... tout ça ah et puis j'adore les chaussettes, elles me vont très bien! Je sais que je pose un peu de soucis mais je ne me contrôle pas totalement mais je vais apprendre, je saurais utiliser le corbeau pour quelque chose d'utile, et je ne veux pas partir, j'ai une dette envers vous et je me dois de vous aider jusqu'à ce qu'elle vous soit entièrement dût, alors si vous avez des petits choses à me faire faire, je sais pas trop moi, du nettoyage, de la lessive, j'en sais rien, je cuisine très mal mais je peux apprendre, je ne mange pas beaucoup, je ne prend pas trop de place, enfin en général et je suis presque pas chiante! Et puis surtout, plus personne ne m'attend dehors alors que vous, je saurais me rendre utile pour vous au moins... Et merci pour les chaussettes au fait!...Je... suis désolée? "

Connor l'écoutait les yeux ouvert de surprise. les mots s'enchainaient les uns aux autres sans pause, ni respiration ni rien.

-"He! " -dit-il en levant les mains, lui faisant signe de se calmer - "On se calme, on respire, on reste souple et on arrête de s'emballer ok? "

Le militaire se leva et récupéra une bouteille d'eau qui était sur une table avant d'en boire une gorgée.

-" Je vais te balancer dehors pour ça. C'est pas du grave. Au pire, c'est de l'énervant. Mais ça n'est pas du grave. Je veux juste que tu fasse attention à ce que tu fais. Pour ce qui est du fait de nous aider tant qu'on est là , pourquoi pas. Ça nous déchargera un peu, et ça je dis pas non. Mais on va bouger d'ici peu de temps. "

Le jeune homme s'assit sur la table et fit signe à Nerine de s'installer.

-" Mais dans tout les cas, il faut qu'on parle. Tu as de la famille, des amis? Et quand on partira, tu vas faire quoi? Et tu veux faire quoi surtout. Parce que j'imagine que rester avec des militaires n'est pas forcement ce que tu souhaite... "

Théoriquement, elle pouvait rester avec eux, et s'occuper de tout ce qui était intendance. Vu que son groupe n'entrait dans aucun cadre légal, il pouvait plus ou moins faire ce qu'il voulait. Mais garder une tierce personne ne pouvait être une décision qu'il pouvait prendre à la légère. Il devait apprendre à la connaître, pouvoir la juger, et surtout la jauger.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nerine Adoner

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 30/06/2011

MessageSujet: Re: De nouvelles vies [Nerine]   Mar 12 Juil - 16:47

Rine reprit brusquement sa respiration, elle était haletante, mais ce qui faisait emballer son coeur était l'attente du couperet, le verdict et la sentence qui accompagnerait la réaction du militaire et puis soudain, il ouvrit la bouche "He", l'impact lui fit fermer les yeux mais la suite ne la balaya pas comme un fétu de paille...

"On se calme, on respire, on reste souple et on arrête de s'emballer ok? "

Evidemment, le fait qu'il le lui demande ne la fit pas se calmer instantanément, et puis comme si elle allait obéir à un ordre aussi direct, non, elle obéissait aux ordres détournés, ça lui donnait l'impression de contrôler au moins. Elle s'attendait à se faire crier dessus, frapper éventuellement, mais Ace ne régissait pas comme les autres, décidément, ce bonhomme était trop difficile à comprendre, et c'était fatiguant de réfléchir bon sang, ça fichait un mal de crâne après...

-" Je vais pas te balancer dehors pour ça. C'est pas du grave. Au pire, c'est de l'énervant. Mais ça n'est pas du grave. Je veux juste que tu fasse attention à ce que tu fais. Pour ce qui est du fait de nous aider tant qu'on est là , pourquoi pas. Ça nous déchargera un peu, et ça je dis pas non. Mais on va bouger d'ici peu de temps. "

Nerine resta silencieuse à tenter de calmer son muscle de piaf qui continuait à battre la chamade et s’essaya près de lui lorsqu'il lui en fit signe. Elle se propulsa avec ses bras pour se placer au mieux et croisa sagement les jambes, c'était pas comme si elle avait une chemise d'hôpital minable qui s'ouvrait à tout vent...

-" Mais dans tout les cas, il faut qu'on parle. Tu as de la famille, des amis? Et quand on partira, tu vas faire quoi? Et tu veux faire quoi surtout. Parce que j'imagine que rester avec des militaires n'est pas forcement ce que tu souhaite... "

Outch que ça faisait mal, c'était vrai, c'était un homme, si on voulait qu'il comprenne fallait balancer les informations cash et pas essayer de les glisser gentiment en espérant qu'ils allaient comprendre, que c'était une question mesquine. Ce qu'elle souhaitait, on ne lui avait pas demandé ce qu'elle souhaitait depuis... depuis... tiens, elle ne savait même pas depuis quand elle était dans ce complexe, elle avait bien essayer de compter lors de ses premiers jours, elle s'en souvenait, mais le temps s’égrenait tellement différemment là bas...
D'un cou, elle eut la trouille, et s'il 'était passé une dizaine d'année? Et si tous ses proches étaient morts? Bémol, ça famille était déjà morte, et curieusement, ça la rassura de n'avoir rien "manqué", et puis 10 ans, peut-être pas quand même... Cependant, la question la turlupina...

"Quel jour sommes-nous?"

Cash, ne pas oublier, direct, sans fioritures, sinon il allait encore pas comprendre le sous-entendu. Tiens, mais elle venait de se rendre compte qu'il était torse nu, le corbeau ricana quelque part au fond de son crâne et elle rougit, c'était malin, il était temps de compter ses orteils!

"En fait... je ne sais même pas depuis quand j'étais... là-bas, pour ce qui est du reste, je n'avais aucun ami à qui j'allais réellement manqué, ceux qui étaient susceptibles de s'inquiétez sont parti étudier loin d'ici et je n'avais plus de nouvelles pour ce qui est de la famille... tu as du mal avec les sous-entendu à peine caché pas vrai?"

Elle tenta de se cacher derrière un sourire qui se transforma en grimace, quand ils partiront elle voudra faire quoi? Ca voulait clairement dire qu'ils ne comptaient pas l'emmener, dommage, parce qu’elle ne comptait pas en rester là... A corbeau et demi... et bah corbeau et demi, enfin ça peu être têtu un corbeau aussi, un peu quand même...

"Et bien écoute, justement, mon rêve le plus cher était justement de rejoindre un groupe de militaires bizarres commandés par un chef tout aussi étrange mais à qui je dois quelque chose et qui sans le vouloir va se retrouver à vie avec une ombre derrière lui. Je n'ai pas envie de retourner dehors, les gens me font peur et je ne me sens pas prête à repartir comme avant, j'ai changé, je dois vivre avec ma bestiole, et elle ne veux plus jamais se retrouver enfermer, je ne veux même, plus jamais croiser, ni même voir une photo d'une de ces... créatures, je ne veux plus qu'ils posent leurs sales mains sur moi..."

Elle doutait avoir été assez claire mais peu lui importait, dehors, c'était pleins de choses qui lui voulait du mal, et il n'était pas question de toute façon de laisser partir Ace comme ça. Il ne se doutait pas qu'elle le suivrait partout où il irait à partir de maintenant, qu'il le veuille ou non de toute façon, niark niark...
Rine serra autour de ses jambes qu'elle ramena à son torse, ses bras et mordilla par réflexe son genou gauche, les yeux dans le vague, de toute façon, plus personne ne l'attendait, qu'es-ce qu'elle irait bien pouvoir faire là dehors?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Connor Frazer

avatar

Messages : 159
Date d'inscription : 26/06/2011

MessageSujet: Re: De nouvelles vies [Nerine]   Mar 12 Juil - 20:27

Ace écoutant sans mot dire. La jeune femme était confuse, n'arrivait pas à calmer son débit, mais elle savait ce qu'elle voulait. Ou tu du moins, elle savait ce qu'elle ne voulait pas. C'était déjà un bon début.

"En fait... je ne sais même pas depuis quand j'étais... là-bas, pour ce qui est du reste, je n'avais aucun ami à qui j'allais réellement manqué, ceux qui étaient susceptibles de s'inquiétez sont parti étudier loin d'ici et je n'avais plus de nouvelles pour ce qui est de la famille... tu as du mal avec les sous-entendu à peine caché pas vrai? Et bien écoute, justement, mon rêve le plus cher était justement de rejoindre un groupe de militaires bizarres commandés par un chef tout aussi étrange mais à qui je dois quelque chose et qui sans le vouloir va se retrouver à vie avec une ombre derrière lui. Je n'ai pas envie de retourner dehors, les gens me font peur et je ne me sens pas prête à repartir comme avant, j'ai changé, je dois vivre avec ma bestiole, et elle ne veux plus jamais se retrouver enfermer, je ne veux même, plus jamais croiser, ni même voir une photo d'une de ces... créatures, je ne veux plus qu'ils posent leurs sales mains sur moi..."


Connor prit le temps de la réflexion, histoire de bien être sur de ce qu'il dirait. Il comprenait la position de la jeune femme. Et pour une fois, il regrettait de ne pas être directement lié à l'institution militaire. Là, il aurait pu vraiment agir pour elle. Mais son statut actuel le bloquait sur tout le pan légal. Mais à coté de ça, il pouvait en faire ce qu'il voulait sans restriction aucune.

-" Détrompe toi, je comprend très bien les sous entendus, qu'ils soient à peine ou totalement voilés. Mais si, et je dis bien "si", j'acceptais que tu te lies à nous, c'est bien trop important que je me base sur des sous entendus. J'imagine que tu comprends pourquoi. Par contre, quelque chose me chiffonne... Tu ne veux plus que ces "créatures" t'approchent... Quelles créatures, de quoi tu parles? "

C'est la qu'il devait aborder le sujet sensible. Lui même ne savait pas ce qu'il pouvait en faire. Dans sa situation, cette fille était un boulet. Il commandait des militaires, des soldats entrainés à se battre, à se sortir de n'importe quelle situation parce que leur vie en dépendait. Mais qu'est ce que "elle" pourrait faire, si jamais ils subissaient une attaque, si jamais ils devaient compter sur elle...

-" Écoute. Je vais essayer de te dire ça avec le plus de délicatesse possible. Mais que tu reste avec nous me pose un véritable problème. Tu n'es pas un de mes soldats, tu n'as pas été formée à gérer les situations de crises auxquelles on est confronté quotidiennement."

Elle voulait rester. Il le comprenait. Mais si elle y tenait vraiment, elle devait lui prouver.

-" Je doute que tu sache te battre, et c'est une obligation si tu veux rester avec nous. On aura totalement disparu du secteur d'ici moins d'un mois. Je te laisse ce laps de temps pour apprendre tout ce que tu peux et prouver que tu peux rester. Marché conclut? "

Il tendit sa main à Nerine en lui souriant. Il ne pouvait pas faire grand chose pour elle, si ce n'était lui laisser une chance. Et il la lui donnait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nerine Adoner

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 30/06/2011

MessageSujet: Re: De nouvelles vies [Nerine]   Mar 12 Juil - 22:30

Ace dénéga les propos de Rine en lui disant qu'il comprenait tout parfaitement, donc sa questions sur les potentiels parents qui l'attendaient dehors étaient donc du pur sadisme... Elle saurait la retenir celle là, méchant militaire, comme leur demander du tact quand leur métier c'est de rentrer dans le lard? Mais les oiseaux sont volages et Rine changeait d'humeur comme de chemise (bon évidemment, celle qu'elle avait sur le dos, elle l'avait depuis un moment mais faut imaginer hein...). Il posa des si un peu partout, et avec des si, on pouvait mettre Paris en bouteille et elle le savait mais un si, c'était toujours mieux qu'un non définitif, et comme elle avait décidé qu'il le veuille ou non, elle resterait à ses côtés, mieux valait qu'il soit au courant et plus ou moins d'accord...

Ah... voilà qui posait problèmes, elle venait de soulever un sujet auprès duquel il n'était pas informé visiblement, et elle n'avait pas réellement envie de lui en parler, elle s'était dis que si les militaires étaient venu, c'était qu'ils avaient eu vent de ce qui se passait, visiblement non, quelle plaie, fallait toujours qu'elle donne des explications ultra chiante et surtout ultra sensible à se rappeler et elle soupira plus que bruyamment...

Néanmoins elle attendit pour répondre et il poursuivit sur le même ton, on y était, elle était donc un poids pour le petit groupe, en fait, elle s'en doutait déjà, elle ne se voilait pas la face, cependant, elle était, au fond d'elle, certaine qu'elle était capable d'aider, au moins pour de petites choses: elle se fondait facilement dans l’obscurité sous sa forme animale, elle voyait bien, entendait plutôt pas trop mal et était rapide et silencieuse, si c'était pas des qualité de combat ça, elle ne savait pas ce que c'était... Et d'ailleurs, elle n'allait pas se priver de le lui dire, autant mettre tous les atouts de son côté, autant que son "tout" à elle serve entièrement...

Il embraya sur un sentier méchamment plus pentu: savoir se battre, aie, là se soulevaient tous les soucis de sous leur nid à poussière... Rine sortit son regard de la contemplation de ses orteils pour poser son regard olive dans les yeux profonds de Ace, même pas peur!

"Pour commencer, je veux bien accepter à peu près tout et n'importe quoi, à condition que je puisse revêtir autre chose que cette loque qui me donne envie de vomir par tous les trous et que j'ai le droit, et c'est non négociable, de garder mes chaussettes rayées!!"

Elle voulait même bien se balader toute nue s'il le fallait, mais ses chaussettes, c'était sacré nom de nom! Elle tira sur son vêtement décrépis pour illustrer ses propos et poursuivit:

"Je me fous de savoir comment je vais rester et ce que tu voudras que je fasse, je reste un point c'est tout, et je ferais ce qu'il faudra pour ne pas vous ralentir, et si possible, devenir un atout dans votre jeu... Je suis métamorphe, même si ma forme animale n'est pas taillée pour le combat comme pourrait l'être un tigre, un lion, un ours ou je ne sais quel autre prédateur doté de crocs et de griffes, je suis rapide, silencieuse, j'ai une bonne vue doublé d'une bonne ouïe et mon plumage et ma petite taille me permettent bien plus de chose que ne le pourrais tes hommes sur un terrain particulièrement difficile. Niveau arme, je n'ai jamais trop essayé mais je suppose que vu que mon bec lacère les chairs et que mes serres font des traces dans le bois, je pourrais toujours me débrouiller avec. Une paire d'yeux n'aurait aucune chance contre moi!"

Bon, fallait l'avouer, c'était carrément dégueu mais si elle retrouvait le Doc, pas sûr qu'elle réussisse à se retenir, elle était gentille mais fallait pas trop pousser, et d'après elle, il avait largement attend les limites de sa patience et de sa gentillesse, ils avaient des comptes à régler! Lui crever les yeux lui paraissait une alternative bien pire que la mort, et ça lui suffisait comme petite vengeance personnelle, ou que c'est mal...

"Je sais que je suis un problème mais je ne suis pas non plus un oiseau sans cervelle, je sais réfléchir et analyser une situation, tous tes hommes ont du débuter avec plus ou moins le même niveau. Je sais m'adapter et ... je connais un certain nombre de chose, j'ai croisé un certain nombre de personne là bas, et ils n'étaient pas tous "normaux", mon corbeau peut m'aider à reconnaître ce que peuvent être nos ennemis si j'en ai déjà croisé, que se soit à l'odeur ou par observation...

Pour en revenir à ta première question... c'est une créature qui se disait docteur qui m'a mené en premier dans ce laboratoire, il souhaitait m'aider d'après ses dires. Cependant, nous autres "pensionnaires" avons rapidement compris que ce n'était pas que (ou pas du tout) pour notre bien. Je ne me souviens pas toujours de tout, mais lors de certaine expérience, lorsqu'ils pensaient que j'étais encore dans le coltard, j'entendais des choses, le mot Symalien y revenait souvent. Je ne sais pas au juste ce que désigne ce mot, en tout cas, je sens les odeurs, et par exemple, tu n'as pas la même odeurs qu'un métamorphe, ou que le docteur, ni même celle d'un humain, ce qui revient à me faire penser que ce n'était pas un humain, ni réellement un dérivé..."


Elle réfléchit quelques instants et décida qu'il avait posé beaucoup de questions comparait à elle, et que c'était un peu son tour!

"Si vous n’êtes pas venu dans ce labo parce que vous avez entendu ce qui s'y passé pourquoi être venu dans ce cas? Je n'ai pas totalement gobé cette histoire de migraine, je pense qu'il y a autre chose derrière et je voudrais bien savoir. Et si tu pouvais me donner les... "caractéristiques" de tes coéquipiers ça m'aiderait à mettre un nom sur chacune des odeurs qui trimbale, ils ne sont pas tous humains, si?"

Hum, ça devrait suffire pour le premier jet, en attendant qu'elle trouve d'autre question, tiens, il n'avait pas répondu à sa première non plus. Bof, à quoi bon savoir quel âge elle avait, elle n'avait qu'à dire qu'elle avait 23 ans pour l'éternité, 23 c'était un bon chiffre! C'était 2 fois les orteils plus les orteils divisé par 3 moins 0.33, à quelque chose près, c'était bon comme chiffre!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Connor Frazer

avatar

Messages : 159
Date d'inscription : 26/06/2011

MessageSujet: Re: De nouvelles vies [Nerine]   Mer 13 Juil - 22:49

Elle avait beaucoup de question, il devait s'en douter. Et celle qu'elle posait n'était probablement que la première vague. Mais elle lui avait apprit quelque chose d'interessant. Des Symaliens. Il ignorait totalement ce que c'était. Une nouvelle "race"... Un groupuscule terroriste peut être... Probablement. Il n'en savait pas beaucoup plus, mais au moins il avait un nom. C'était un début.

Nerine voulait savoir pourquoi ils étaient aller dans ce laboratoire en particulier. Elle risquait d'être déçue.

-" Pour notre présence là bas... Je ne sais pas. On avait eu comme indication d'aller voir. Mais la personne qui pouvait nous en dire plus sur le pourquoi du comment a disparu de la circulation . On a plus aucune nouvelle depuis quelque jours. "

Elle voulait aussi savoir pour ces maux de tête. Il n'aimait pas parler de ça, mais elle avait besoin de voir qu'on lui faisait un minimum confiance.

*J'imagine que je peux bien faire ça pour elle... après tout, c'est pas un secret d'état...*

Il prit quand même le temps de la réflexion pour trouver comment tourner sa phrase.

-" Pour mes maux de tête... Comment t'expliquer. Un cerveau normal est prévu pour avoir une certaine activité, et est capable de gérer un certain nombre d'information. Mon cerveau arrive à en gérer entre trois et quatre fois plus que la moyenne. Et mon activité cérébrale est aussi beaucoup plus importante que la moyenne. Trop pour être supporté par un cerveau humain. Donc il surchauffe, donc ça fait mal. Pour quelqu'un de "normal", la douleur serait carrément insupportable. Moi... Moi il y a des jours ou je supporte plus ou moins bien. Mais des fois j'ai besoin d'un petit coup de pouce médicamenteux "

Parler de ces compagnons, ça il aimait moins. Elle devrait le comprendre.

-" Pour mes hommes, je n'ai pas envie de parler d'eux. Pas parce que je veux te cacher des choses vraiment. Mais c'est à eux de te dire ce qu'ils ont envie de te dire. Pas à moi. C'est juste par respect rien de plus. Ce que je peux te dire, c'est qu'on est une petite unité. Nous ne somme en tout que onze. Mais nous sommes plus soudés que beaucoup de groupe. Ils sont plus que mes subordonnées. Ils sont comme ma famille. "

Maintenant... Le pratique. Visiblement, certains éléments avait échappé à la jeune femme.

-" Concernant ta tenue, tu avais des vêtements dans la commode de la chambre ou je t'ai installé. Ainsi que divers objets dans les placards, du genre des livres, des films... des bêtises quoi. Pour ta toute première question, la date. Nous sommes en juillet 2100. Le 13 je crois. Mais j'ai un doute. "

Il l'aimait bien. Elle allait être une galère... Mais il l'aimait bien.

-" Et comprend moi bien. Je veux pas que tu puisse te battre pour moi. Je veux juste que tu puisse te défendre en cas de besoin.Qu'est ce que je vais t'envoyer au casse pipe avec un bec ou des serres... Je n'ai pas non plus besoin de lion ou de tigre. Que ce soit un ours ou n'importe quoi de vivant, mes hommes peuvent s'en occuper crois moi. Par contre, si tu reste, il faut que je puisse te laisser "relativement" autonome, et que je n'ai pas à veiller sur toi à chaque instant. "

Son visage se ferma alors qu'il faisait le point dans sa tête.

-" Si tu veux rester , il y a certaines règles à respecter. Tu fais ce qu'on te dit. Tu peux poser des questions, mais une décision n'est pas soumise à discussion. Tu apprends le minimum nécessaire pour nous suivre et ne pas nous handicaper. Tu ne parle de nous à PERSONNE ! Tu dois être on ne peut plus fiable, et je dois pouvoir avoir la plus complète des confiances en toi. Et crois moi que trahir cette confiance sera la plus mauvaise idée que tu pourra avoir. Ce sont des conditions sine qua none pour que tu reste ici. A toi de voir... "


Il lui laissait le choix de son avenir . Dans tout les cas, elle ne devrait jamais parler de lui. Mais si jamais elle restait, elle devait se plier à leur mode de fonctionnement. Et il espérait qu'elle comprenait cela aussi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nerine Adoner

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 30/06/2011

MessageSujet: Re: De nouvelles vies [Nerine]   Jeu 14 Juil - 12:29

Nerine grimaça, ils n'étaient venu presque que par pur hasard, cela voulait donc dire qu'elle aurait pu y rester encore longtemps, et que de nombreux autres auraient pu y être enfermé aussi, c'était déjà une bonne chose que le complexe ne soit plus...

"Tu pourras lui dire merci si jamais il refait surface, je dois une fière chandelle à ce personnage, qui qu'il soit..."

Ace fit une pause puis il lui expliqua le pourquoi du comment de ses maux de tête, cette fois-ci, il était sincère, elle en était certaine, d'abord, ça ne s'inventait pas un truc aussi tordu! Rine passa sa main dans ses cheveux pour les tresser rapidement et elle en retira quelques petites plumes noires qu'elle posa sur les genoux de son compagnon.

"Si un cerveau humain ne peut pas le supporter, pourquoi pas essayer d'imaginer une... autre solution? Je ne sais pas réellement comment t'expliquer mais je sens le corbeau en moi, il a sa propre conscience, ses propres réflexions et ses propres interrogations, ne le prend pas mal surtout mais... être à deux dans un corps peu parfois aider à résoudre certains problèmes, il m'a permis de garder ma raison intacte lorsque j'étais là-bas, sans lui, je n'aurais sans doute pas survécu, ça vaut peut-être le coup d'en discuté avec ton amie docteur..."

La métamorphe n'avait pas dit ça au pif, elle avait essayé d'y réfléchir et finalement, ça lui paraissait une solution comme une autre, si seul il avait mal, à deux ils le supporteraient peut-être un peu mieux?

Il refusa à nouveau de lui parler de ses compagnons, évidemment elle comprenait, mais savoir qu'ils étaient 11 en tout l'aidait déjà à se faire une idée, comme une famille, elle se sentait un peu comme un cheveu sur la soupe, l'élément indésirable dont ne savait pas réellement quoi faire et qui n'amenait aucune donnée à l'équation. Elle pouvait toujours tenter de s'intégrer à ce monde étrange que les militaires avaient crée autour d'eux, et sinon, elle disparaîtrait un matin, et ils seraient à nouveau eux... Elle se contenta de hocher la tête et ne rajouta rien, elle n'avait de toute façon pas de commentaires à ajouter à ça...

Ace l'informa qu'elle avait des vêtements et d'autres petites choses dans sa chambre, à vrai dire elle n'avait pas osé fouiller dans les placards, ça ne se faisait pas, mais si c'était pour elle, c'était autre chose... 13 juillet 2100? Cela voulait dire qu'elle était dans ce laboratoire depuis... plus d'un an et demi, presque deux, comment avait-elle pu perdre la notion de temps autant que ça... Elle émit un rire nerveux et sentit le corbeau au plus profond d'elle, comme s'il voulait l'entourer de ses ailes, elle avait froid soudainement...

Il continua sur ses capacités à se battre, ce qu'elle devrait faire, et surtout, ce qu'elle ne devrait pas faire, obéir, ne rien dire, ne pas discuter, apprendre à se défendre, ne pas être un boulet, elle trouvait que c'était plutôt bien résumé... Elle aurait pu être en colère qu'il lui dise qu'elle devait faire ses preuves, qu'elle ne devait rien dire, pourtant elle comprenait, elle était une inconnue au milieu de leur petit monde parfaitement carré, elle était le côté qui voulait se rajouter et un carré à 5 côtés ça rentre pas dans les lois physiques...

Nerine leva la main et mima une fermeture éclair qui se referma sur sa bouche, la verrouilla à l'aide d'une clé imaginaire et tendit la main pour la lui donner. C'était plus qu'un gage imaginaire, c'était la promesse silencieuse qu'elle ferrait du mieux qu'elle pourrait pour ne jamais le décevoir, pour qu'il soit fière d'elle et qu'un jour, il se dise qu'il avait bien fait de lui donner sa chance...

"Qu'es-ce que je devrais apprendre alors? Et par qui? Et... je suis toujours obligé de me faire examiné? Je serais obligée de me mettre toute nue? Et y aura des piqûres?"

Elle ne pouvait plus voir les piqûres en peintures, les liens, les salles capitonnées et les blouses blanches, évidemment, c'était bête pour un métamorphe de s'inquiéter de sa nudité mais c'était important pour elle, toute nue, elle était vulnérable...

"Elle va pas me faire faire des tests hein?"

Tout à coup, l'angoisse de cet examen l'angoissait à nouveau, et il lui comprimait le coeur au point qu'elle se sente étouffer, s'il lui disait qu'il fallait le faire, elle obéirait, comme il le lui avait demandé, mais elle n'était pas prête à tout subir, et si elle était sorti du laboratoire pour sauter de Charybde en Scylla, elle préférait encore s'enfuir maintenant... Pas de piqûres, pas d'entraves et pas de salle capitonnée, c'était une condition non négociable!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Connor Frazer

avatar

Messages : 159
Date d'inscription : 26/06/2011

MessageSujet: Re: De nouvelles vies [Nerine]   Ven 15 Juil - 11:17

Qu'es-ce que je devrais apprendre alors? Et par qui? Et... je suis toujours obligé de me faire examiné? Je serais obligée de me mettre toute nue? Et y aura des piqûres?
Elle va pas me faire faire des tests hein?"


Encore cette angoisse des médecins. Mais il pouvait comprendre. Et elle devait comprendre qu'un médecin pouvait aussi œuvrer pour le bien être d'autrui.

-" Par qui tu apprendras... Par moi au début. Et pour l'examen, oui c'est obligatoire. Pour ce qui est de te mettre nue... Pas spécialement non. Notre médecin n'est pas une gyneco, et elle est pas là pour ça. J'imagine qu'au pire, tu sera en sous vêtement. "

Maintenant, il fallait aborder ce qu'elle semblait craindre le plus.

-" Pour les piqures, tu vas me détester mais oui tu en auras. Mais rien comme ce que tu as pu connaitre. Par exemple, seule piqures que j'ai eu en 6 mois, c'était une prise de sang. Et sur ma demande, je voulais un bilan. Sinon, on m'a fait des vaccins l'année dernière. ""

Il s'arrêta et regarda la jeune femme en souriant légèrement. Quelque part, il avait de la peine pour elle. Il aurait aimé pouvoir la rassurer vraiment, mais il en doutait.

-" Il faut que tu comprennes bien quelque chose. Nous on est là pour aider les gens. Neilis est là pour aider aussi. C'est un bon médecin, et qui ne pourrait jamais faire du mal sciemment à quelqu'un. Comme je te l'ai dit, on respecte tous des codes. Et Neil respecte aussi le serment d'Hippocrate. "

Il réfléchit rapidement, voulant trouver une phrase qui exprimerait au mieux ce qu'il voulait faire passer

-" "je m'abstiendrai de tout mal et de toute injustice..." Ce sont plus que des mots. C'est un serment qu'elle a prêté. "

Il savait que la portée que pouvait avoir ces paroles restait très relative. Un mot reste un mot. Et en l'attirant par des mots, on lui avait fait subir il ne savait quelles atrocités. Il lui restait qu'une chose.

-" Je veux pouvoir te faire confiance, mais je voudrais aussi que TOI tu puisse me faire confiance. C'est important. Et je peux te donner ma parole d'honneur que jamais je trahirai cette confiance. "



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nerine Adoner

avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 30/06/2011

MessageSujet: Re: De nouvelles vies [Nerine]   Ven 15 Juil - 13:30

Rine hocha la tête, en sous-vêtements elle pourrait survivre...

"Si je peux garder mes chausettes ça me va! Mais si tu me fais des bleus, je te ferais des coups bas!"

Des pîqures, des vaccins, et puis quoi encore... La métamorphe fit une grimace on ne peut plus explicite mais ne rajouta rien, elle avait bien compris que ça ne servait à rien de discuter...

"J'espère qu'elle pique bien, si j'ai un bleu, c'est toi qui payera..."

Il poursuivit en ajoutant que leur médecin était là pour les aider, et que jamais au grand jamais elle ne ferait de mal à quelqu'un, c'était encore à prouver mais le fait même qu'elle soit une femme aidait Rine à se dire qu'elle serait gentille avec elle... Et puis les serments c'était bien gentil mais ça se brisait avec une facilité déconcertante... Cependant, elle lui adressa tout de même un sourire crispé, c'était mieux que rien, il ne fallait pas trop lui en demander non plus...

Puis, c'était inattendu mais il lui donna sa parole, sa parole d'honneur que jamais il ne la trahirai, une parole d'honneur de militaire ça devait bien valoir quelque chose non? Soudain, elle se sentit toute chose, c'était pas gentil de lui faire ça, la prendre comme ça au dépourvu alors qu'elle se sentait toute fragile et misérable, trop tard...

Bondissant sur lui, elle se suspendit à son cou, de longues coulées brûlantes lui dévalant les joues sans qu'elle ne puisse rien y faire et elle renifla bruyamment, rien de très sexy et elle allait lui mouiller l'épaule, que de détails qui l'assaillèrent avant de retomber à plat alors qu'elle le serrait un peu plus fort.

"Pardon je... j'arrive pas à me retenir, je te promet que je vais faire tous les efforts du monde et tu ne te rendra même pas compte que je suis là, tu verras que tu pourras me faire confiance et je t'accorderais la mienne, mais si tu frappes trop fort, je vais avoir envie de pleurer, et si je pleure encore devant toi, je serais intraitable, ça se fait pas de faire pleurer une fille!"

Le corbeau s'étira langoureusement en lui soufflant que c'était pas forcément malin d'essayer de l'étrangler mais après tout, elle prenait un peu d'avance sur leurs entraînements rien de plus. Et puis peut-être que si elle se faisait attaqué, son assaillant se ferait attendrir?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Connor Frazer

avatar

Messages : 159
Date d'inscription : 26/06/2011

MessageSujet: Re: De nouvelles vies [Nerine]   Lun 18 Juil - 17:10

"Pardon je... j'arrive pas à me retenir, je te promet que je vais faire tous les efforts du monde et tu ne te rendra même pas compte que je suis là, tu verras que tu pourras me faire confiance et je t'accorderais la mienne, mais si tu frappes trop fort, je vais avoir envie de pleurer, et si je pleure encore devant toi, je serais intraitable, ça se fait pas de faire pleurer une fille!"

La jeune femme était pendu au cou du militaire, les larmes dégoulinant ses ces joues avant de s'écraser sur l'épaule de Connor. Durant une demi-seconde, ce dernier ne su que faire, puis il l'a prit dans ses bras, lui parlant doucement.

-" T'inquiète pas... Pleure si tu en as envie... Tu n'as vraiment pas à t'excuser pour ça..."

Il ne savait pas depuis combien de temps elle n'avait pu exprimer ses sentiments sans craintes de représailles derrière. Plus le temps passait, plus il s'apercevait que Nerine n'était qu'une boule d'émotions qu'elle parvenait difficilement à maitriser.

-" Et je compte ni te taper fort... Ni te faire pleurer. Ça n'est pas mon but. Mais tu sais que quand tu voudras pleurer, tu pourras..."

Il resta là un moment, le temps que la jeune femme se calme et qu'elle s'écarte d'elle même. Une fois fait, il se redressa et alla récupérer son T-shirt qu'il enfila.

-" Mais pour le moment, toi, ça va être repos. Prend un peu de temps pour toi. On est pas à vingt-quatre heures près pour commencer à te former. "

Il retourna s'assoir en face, décidant qu'il était temps de lui faire un petit débriefing de l'endroit où elle se trouvait. Il lui avait donné beaucoup d'indication sur ses obligations, mais pas sur leur fonctionnement de vie en commun. Et c'était peut être bête pour beaucoup, mais il pensait que l'inclure dans une "vie en commun" lui donnerai l'impression, au fur et à mesure, d'être plus qu'une simple intruse, mais un membre à part entière. Et même si pour le moment ça n'était pas le cas, il voulait lui donner l'impression que c'était en bonne route.

-" Ici, c'est la salle d'entrainement. On viendra régulièrement. La cuisine, je t'indique pas où elle est. On mange tous ensemble à heure fixe. Si tu veux te joindre à nous, tu es la bienvenue. Si tu préfère manger à part... On te forcera pas à venir. Dans ta chambre, Tu as une salle de bain juste à coté de ta chambre. Tu as aussi une piscine derrière. Mais comme je t'ai dit, on restera pas longtemps ici, donc si tu veux en profiter, vite. Pour les vêtements... Tu peux voir avec les filles pour des fringues féminines. Moi à part des treillis je peux pas te fournir grand chose. Mais au pire, on t'accompagnera en ville que tu puisse t'acheter des trucs. "

Un sourire amusé se dessina sur son visage. Il avait balancé toutes les informations qu'il lui passait dans la tête et avait l'impression d'avoir fait un long monologue. Lui qui n'était pas du genre bavard avec ceux qu'il ne connaissait pas, cela lui faisait drôle.

-" Je crois que là je t'ai tout dit... A moins que tu es des questions, je vais te laisser tranquille. Et puis on a tous besoin de repos je crois. "

Lui faisant signe de le suivre, il la raccompagna à l'extérieur, la laissant devant sa chambre.

-" Je te ramène là, mais tu peux te promener dans la maison autant que tu veux. Je te vois plus tard de toute manière"

Il la salua gentiment et la quitta, se dirigeant vers sa propre chambre. Il savait qu'il allait y avoir beaucoup de travail pour que son invitée puisse retrouver une vie normale. Enfin... Si on pouvait imaginait que la vie qu'il pouvait lui proposer était une vie "normale". Mais la décision de rester, même si il avait donné son aval, était celle de Nerine. Elle était peut être perdue, mais elle pouvait savoir ce qu'elle estimait être le mieux pour elle. Mais pour le moment, il n'avait d'autre envie que je prendre une douche et de dormir directement. Et c'est bien ce qu'il comptait faire.







Fin de rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De nouvelles vies [Nerine]   

Revenir en haut Aller en bas
 

De nouvelles vies [Nerine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Des nouvelles de Fuveau !
» Nouvelles d'Haiti; ce que les journalistes ne disent pas !
» Haiti : Michel Frost craint de nouvelles émeutes de la Faim
» [Campagne] Nouvelles règles de campagne ''maison''
» Les nouvelles de Paris
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
InteRace ! :: San Francisco :: Financial District-